Fermer la publicité

Le CPER pour la rentrée de la Métro

Isère le 25 septembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Région grenobloise - article lu 102 fois

Le CPER pour la rentrée de la Métro
Caroline Thermoz-Liaudy - Le CPER a été voté lors du conseil métropolitain de rentrée

C'est en rendant hommage à deux membres de la métropole disparus cet été (Luc Puissat et Catherine Pouyet) qu'a débuté ce conseil de rentrée pour la Métro. Un conseil plus court qu'il n'aurait pu l'être, grâce à une nouvelle modalité sensée accroitre l'efficacité : les présidents de groupe se mettent désormais d'accord sur les délibérations qui peuvent être votées sans débat au conseil. Le 18 septembre, 61 des 121 délibérations ont été mises au vote immédiatement.

L’examen du Contrat de plan État-Région 2015-2020 était le gros morceau du conseil métropolitain de rentrée. Dans les grandes lignes il a été présenté avec ses 535 M€ mobilisés dont plus de 129 M€ apportés par la Métropole hors contrat de ville du CPER (618 M€).  Question projets, on citera : le très attendu réaménagement de l’échangeur du Rondeau, le réaménagement du campus, ou la reconquête de sites économiques. Des projets qui ont suscité des avis partagés auprès des élus de la Métro, certains les soutenant sans réserve, d’autres avec beaucoup plus de réticences, à l’image du groupe Métropole d’Avenir qui s’y est opposé lors du vote, qui a finalement validé le CPER avec 2 abstentions (2 FN, 2 MA), et l’opposition de tout le groupe MA.
Les financements de cette nouvelle vague de projets seront apportés conjointement par l’Etat, la région, le département et la métropole, à différentes hauteurs. 62, 4 M€  par (dont 1,1 M€ au titre du volet territorial). 76,2 M€ apportés par la région (dont 17,4 M€ au titre du volet territorial). 19,5 M€ apportés par le département auxquels viendront s’ajouter des crédits mobilisables sur les dispositifs d’aide départementale en vigueur au moment du dépôt des dossiers. Et 146.5 M€ de la part de la métropole, auxquels viendront s’ajouter des crédits de droit commun au titre des compétences obligatoires métropolitaines.
Autre sujet qui a suscité le débat, celui de nouveaux logements à la Villeneuve, afin de « rééquilibrer » la population. Dans ce quartier de Grenoble en effet, le taux de chômage (66% des habitants), est exactement l’inverse du taux grenoblois. En travaillant avec la ville de Grenoble et la SDH, la métropole souhaite donc expérimenter la mise en place d’objectifs d’attribution pour des ménages “équilibrants” dans le cadre de la remise en location des logements du 40, galerie de l’Arlequin. Ainsi, sur les 100 logements actuellement vides, 40 seraient attribués à des familles qui ont des revenus du travail à hauteur d’au moins 1,5 fois le Smic (1700€/mois).

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide