Fermer la publicité

Le Contenant perdu ou revisité ?

Rhône le 10 décembre 2016 - Gaëlle BARDIN - Expositions - article lu 10 fois

Le Contenant perdu ou revisité ?
oeuvre de Matthieu Leclercq sur la porte séparant le hall et la passerelle

Interroger la destinée du contenant à l'heure où l'industrie le voue à la perte, le confronter à la dimension historique en rappelant l'usage unique des amphores de l'antiquité, faire croiser les regards des jeunes générations sur l'art et l'archéologie, tel est l'objectif hautement ambitieux de l'exposition  « Le Contenant Perdu » au musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal/Vienne.

Une démarche judicieuse et inédite qui investit 11 étudiants du studio photographique de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts  de Lyon, accompagnés  par leurs professeurs Guillaume Janot et Monique Deregibus, et sous la houlette du responsable du service des publics Yann Mathevet. La plupart d'entre eux réalisent là leur première expérience d'exposition « grandeur nature » dans le cadre d'une institution muséale. Une aventure peu banale !

Attisant la curiosité, cette exposition temporaire est le résultat d'une année de travail et de réflexion sur le sujet qui s'attache au musée lui-même mais aussi aux villes de Vienne et de Saint-Romain-en-Gal. Intégrées dans l'espace de la collection permanente du musée, ces œuvres sont aussi variées que  les pistes de travail, brillamment menées par des jeunes étudiants au regard aiguisé.

Ce sont essentiellement  des photographies mais aussi  des sculptures et des installations qui viennent épouser l'espace pour répondre ou questionner les pièces en place grâce à des techniques modernes. Cela va  de l'agrandissement d'une pellicule usitée à une projection en 3D de la lune  en passant par une photo de mains tenant un objet invisible... des œuvres  qui mettent en abyme le rôle du musée,  la place des hommes dans la mémoire de l'histoire et l' immortalité  illusoire ou réelle des objets d'arts...

Avec la finesse de l'esprit et la force du décalage, sans oublier de convoquer l'humour et l'originalité, l'audace et l'ingéniosité, ces jeunes artistes créateurs nous invitent à créer un pont entre notre histoire et notre contemporanéité...


Gaëlle Bardin

« Le Contenant Perdu », jusqu'au 5 février 2017- Musée gallo-romain, à Saint-Romain-en-Gal.

Tel : 04 74 53 74 01- (Ouvert du mardi au dimanche de 10 h à 18h.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide