Fermer la publicité

Le conseil de Métropole désigne ses délégués

Loire le 22 mai 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 475 fois

Pour cette deuxième séance du conseil communautaire, le président Gaël Perdriau se présentait seul face à l’assemblée pour présider et animer une série de votes à bulletin secret en vue de former cinq commissions internes puis désigner les délégués de la Métropole dans différents organismes extérieurs, les syndicats intercommunaux et établissements publics.


Au total une longue série de 24 votes à bulletins secret et 8 à main levée qui ont occupé la soirée, plutôt détendue, sans débat, si ce n’est l’intervention préalable de Gabriel de Peyrecave : « nous n’allons pas céder à la même comédie que lors de la désignation des vice-présidents, Mme Jeanson et moi-même nous vous laissons à votre tripatouillage et ne participerons pas au vote », déclarait le conseiller qui avec, Raphaëlle Jeanson, représente l’opposition FN de Saint-Etienne au sein du conseil communautaire.
L’accusation de « tripatouillage » dans la formation des candidatures provoquait quelques réactions d’indignation, très fortement appuyée de la part de Pascal Garrido, qui se levant se déclarait « choqué. C’est honteux votre attitude ». Bref, l’incident clos n’en souleva pas de nouveau. La « démocratie » évoquée par Pascal Garrido, maire de la Talaudière, s’exprimait avec le dépôt de candidatures alternatives des élus Europe écologie les Verts, Anne de Beaumont et Olivier Longeon, dont la tentative n’a pas été tout à fait vaine, Anne de Beaumont parvenant à forcer la porte de la commission d’appel d’offres, avec 15 voix sur son nom.

Moins de vice-présidents, donc moins d’indemnités

Le conseil communautaire s’est prononcé d’un bloc sur les indemnités de fonction des élus, qui reprennent les mêmes coefficients d’indice que dans la précédente mandature avec quelques évolutions. La principale est la baisse du montant global des indemnités, de l’ordre de 100 000 €. Le montant global passe dans cette nouvelle mandature en effet de 893 000 € à 778 300 €, du simple fait de la réduction légale du nombre des vice-présidents, passé de 23 à 15. Le président conserve un indice semblable d’indemnité qui établit son indemnité mensuelle brute à 2 993 €. Les 15 vice-présidents également, à une indemnité de 1 805 € mensuels. Idem pour les conseillers communautaires qui reçoivent une indemnité de 228 €. Une quatrième strate a été reconsidérée, celle des conseillers délégués. Ils existaient déjà auparavant mais sans délégation de fonction particulière. Les conseillers délégués désormais attachés à une compétence sont quant à eux relevés dans le montant de leur indemnité de 440 € à 798 €.

Daniel Brignon

Des vice-présidences élargies à 15 conseillers délégués

Si Marc Petit, maire de Firminy, conserve une vice-présidence dans le nouvel exécutif eu égard à la taille de sa commune, la troisième de l’agglomération, les maires des communes les plus importantes de l’agglomération issus de la « la diversité politique » sont restés à l’écart de l’exécutif. Ils sont deux : outre le maire communiste de Firminy Marc Petit, on y retrouve par ailleurs que le maire socialiste de Saint-Genest-Lerpt Christian Julien, inamovible en charge du budget.
Le nombre réduit des vice-présidences abaissé de 23 à 15, n’a pas permis d’associer les principaux maires de grandes villes à l’exécutif, argue la majorité qui en forme de rattrapage leur propose de siéger au bureau en qualité de conseillers délégués, recevant une délégation particulière auprès d’un vice-président. Il sera proposé au prochain conseil communautaire d’arrêter au nombre de 15 le nombre de ces conseillers délégués (qui étaient 22 auparavant mais sans délégation) et d’en désigner les titulaires, qui prendront part fonctionnellement à l’exécutif.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide