Fermer la publicité

Vienne : un coin pour les anges au Cloître Saint-André-le-Bas :

Isère le 28 juillet 2015 - Gaëlle Bardin - Expositions - article lu 301 fois

Vienne : un coin pour les anges au Cloître Saint-André-le-Bas :
Gaëlle Bardin - Autoportrait du peintre viennois Jacques-Denis Pillard

Inaugurée le 10 juin et visible jusqu'au 8 novembre, la nouvelle exposition du Cloître Saint-André-le-Bas fait pénétrer le public dans l'univers mystique d'un peintre viennois du XIXe siècle, Jacques-Denis Pilliard.

Cette exposition s’inscrit dans la démarche de valorisation du patrimoine local amorcée par la rénovation récente du musée des Beaux-arts et d’Archéologie qui met en lumière les collections avec un nouveau parcours recentré sur l’histoire de la ville. Le choix de l’artiste s’est alors imposé pour la richesse et la puissance évocatrice de son œuvre dont certaines ont été classées Monuments historiques.

Formé à Vienne, à l’Ecole des Beaux-arts de Lyon puis à Paris, Jacques-Denis Pilliard part pour l’Italie afin de compléter sa formation. Il décide de s’établir à Rome où il passe près de 50 ans, tout en revenant exposer à Paris, Lyon et Grenoble. Plusieurs fois primées au Salon, certaines de ses toiles sont conservées à l’église Saint-Martin de Vienne.

L’exposition présente des pièces principalement issues des collections des musées de Vienne, notamment un ensemble inédit de majestueux dessins d’anges, de prophètes et d’évangélistes exécutés aux dimensions des voûtes d’une chapelle. Le musée de Grenoble, l’Institution Robin de Vienne et un collectionneur privé ont généreusement accepté d’enrichir le parcours par des prêts.

Par le rapprochement des tableaux et de dessins préparatoires, exposés pour la première fois en ces lieux, l’exposition propose de suivre le cheminement du peintre depuis les premiers coups de crayon jusqu’à l’œuvre finale. A travers Jacques-Denis Pilliard, ses sujets de prédilection et sa technique, c’est également la peinture académique de la seconde moitié du XIXe siècle qu’il sera permis de mieux connaître.

Gaëlle Bardin

Jusqu’au 31 octobre : ouvert tous les jours sauf lundi, 9 h 30-13 h et 14 h-18 h
A partir du 2 novembre : ouvert mardi-vendredi 9 h 30-12 h 30 et 14 h-17 h. Samedi-dimanche 13 h 30-17 h 30.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide