Fermer la publicité

Roanne : le casse-tête de la restauration scolaire

Loire le 18 mai 2015 - Louis PRALUS - Collectivités locales - article lu 216 fois

Roanne : le casse-tête de la restauration scolaire

Les tarifs de la restauration scolaire sont trop bas selon le maire. L'augmentation de 5 % a créé des protestations au conseil municipal.

La restauration scolaire pose un problème aux élus. Elle coûte cher à la Ville. En 2014, une fois déduites les contributions des familles, elle a coûté plus de 1,2 M€ à la municipalité. Le repas d'un enfant a coûté en moyenne à la Ville de Roanne 4 € en production et 8,44 € en distribution (c'est à dire le salaire des agents de restauration et des surveillants, les frais de fonctionnement des locaux), soit un coût total de 12,44 € par enfant.

Ce coût est en forte hausse par rapport aux années précédentes du fait de la hausse mécanique des dépenses de personnel et des coûts de fonctionnement et surtout parce que le calcul du coût de revient avait été minoré les années passées. Chaque année plus de 1 300 enfants sont accueillis dans les 12 restaurants scolaires des écoles publiques du premier degré. En 2014, ce sont plus de 123 000 repas (enfants et adultes) qui ont été servis.

Lors du conseil municipal du jeudi 7 mai, Yves Nicolin a proposé une augmentation de 5 % du prix du repas au restaurant scolaire en fonction du quotient Caf. Pour un quotient Caf inférieur ou égal à 170 €, le tarif passe de 0,70 € à 0,75 € ; de 170 €  à 420 €, le tarif passe de 1,36 € à 1, 45 € ; de 420 € à 820 €, le tarif passe de 3,03 € à 3,20 € ; supérieur à 820 €, le tarif passe de 4,45 € à 4,70 €. Le maire fait une comparaison avec les restaurants scolaires voisins pour le premier prix : Riorges, 1,16 € ; Mably, 0,93 € ; Renaison, 3,65 € ; La Pacaudière, 4 €... 

« Arrêtez la démagogie ! Arrêtez ces tarifs ridicules ! Savez-vous la quantité jetée ? C'est un tiers ! C'est bien beau de faire du bio et du local mais les enfants n'aiment pas, ils ne mangent pas les légumes. Je voudrais qu'on arrive à 1 € pour un repas équilibré. La société qui fabrique les repas perd 100 000 €. Au prochain marché elle va augmenter ses prix. Je souhaite une réflexion globale sur la restauration scolaire ; Mme Déroche je vous associe à cette réflexion si vous le voulez », annonce Yves Nicolin. Laure Déroche répond « oui avec plaisir » à cette proposition mais critique l'augmentation, tout comme Sarah Brosset du FN. Le groupe de gauche et le groupe FN voteront contre l'augmentation.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide