Fermer la publicité

Camion Rouge à Saint-Etienne : quelles conséquences sur le Méliès ?

Loire le 07 mars 2015 - Denis Meynard - Cinéma - article lu 1543 fois

Camion Rouge à Saint-Etienne : quelles conséquences sur le Méliès ?

Le démarrage plutôt laborieux du nouveau multiplex de Saint-Etienne, Le Camion rouge, n'a pas profité à la concurrence. La fréquentation du Méliès est en baisse.

L’ouverture, le mois dernier, du cinéma le Camion Rouge n’a pas encore révolutionné le paysage cinématographique stéphanois. Il est vrai que le chantier de construction de ce nouvel établissement, dont une des dix salles n’a pas été ouverte dès le départ, a encore un goût d’inachevé. Et que les travaux de gros œuvre sur les immeubles mitoyens affectent le confort du spectateur.

Le nouveau lieu, dont l’enseigne tarde à être installée, n’a pas bénéficié de l’effet de curiosité, voire de l’engouement, propre à certaines ouvertures. Les chiffres de fréquentation des trois premières semaines sont même inquiétants : très proches des 7 000 entrées les deux premières semaines, ils tombent à un peu plus de 3 600 la suivante. Parmi les deux complexes cinématographiques stéphanois de Sylvie Duparc, c’est l’Alhambra qui, de loin, tire le mieux son épingle du jeu, avec quelque 8 700 spectateurs au cours de la même période de sept jours.

Sur les neuf premières semaines de 2015, l’ex-Gaumont marque toutefois un recul de 6,7 %, avec une fréquentation de près de 98 000 entrées. Du côté des salles art et essai du Méliès, si le Saint-François affiche une hausse de 17,7 %, avec 10 280 spectateurs, le Jean-Jaurès est en très net recul (- 27,1 %), avec un peu plus de 29 000 entrées. Des évolutions qui amplifient la tendance de l’année 2014, quand le Saint-François progressait de plus de 66 %, son grand-frère Le Jean-Jaurès reculait d’environ 10 %, tandis que le Gaumont (devenu Alhambra fin 2014) enregistrait une hausse de quelque 5 %. En position de numéro un incontesté, avec près de 538 000 entrées.

Paul-Marie Claret, propriétaire et directeur des six salles des deux cinémas Méliès, note « une baisse générale de la demande sur le marché stéphanois. Alors même que la ville est absente du classement des 80 premiers cinémas français en termes de fréquentation ». Concernant la concurrence qui existe entre l’offre commerciale de ses concurrents et la sienne, il se déclare « opposé à la diffusion sur Saint-Etienne d’un même film en triple copie, comme cela s’est récemment produit avec American Sniper, de Clint Eastwood. Tout en espérant pour la pérennité de l’activité que sur l’année en cours l’érosion globale constatée sur ses six salles se limitera à un chiffre.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide