Fermer la publicité

Le billet vert : reporter la faute

Loire le 03 avril 2015 - Xavier ALIX - Sports - article lu 28 fois

Mais pourquoi donc maintenir PSG/ASSE en Coupe de France ce mercredi alors qu'il faut protéger la scène européenne des Parisiens ? Les réponses sont claires. La FFF et la LFP pourraient les donner plutôt que de reporter la faute sur les autres, faute du match...

« C’est même pas nous d’abord. Même que c’est l’ASSE qui fait rien que pas être d’accord ! » Dans cet élan de maturité et de dignité exemplaire qui la caractérisent si souvent, la FFF a su donner toutes les clés de compréhension au maintien de la demi-finale de Coupe de France PSG/ASSE au mercredi 8 avril. Saluons ce courage, ce souci de rigueur, de précision permettant de mettre à nu le crime de lèse-PSG commis par les dirigeants Verts, fossoyeurs d’une protection européenne des clubs français devant être naturellement accordée au sauveur de la L1 au calendrier victime de ses succès.

Sauf que la direction de l’ASSE a apporté cette précision un poil non négligeable : si on reportait ce match de Coupe de France, un Metz/PSG déplacé le remplaçait ! Ça alors : les Parisiens auraient donc eu autant de matchs à jouer du coup mais juste avec un adversaire plus facile sur leur chemin, sans faire injure aux Lorrains ! C’est vrai que défavorisé par son misérable effectif, ce candidat au triplé national et à une demi européenne n’a pas de quoi le faire tourner. On hésiterait presqu’encore à se sentir pris pour de cons, sauf qu’on peut mettre dans la balance qu’il y a 2 ans, ce fut niet pour l’ASSE sur sa demande de reporter un quart de finale de Coupe de France contre Lorient 4 jours avant une finale de Coupe de la Ligue. Ajoutons que le Barca joue exactement le même nombre de matchs que saint PSG dans le laps de temps précédant leur affrontement en Ligue des champions à l’origine de ce cirque.

Le vrai débat : primo, pourquoi LFP et FFF manquent de professionnalisme au point d’attendre que les problèmes viennent pour voir si on peut les régler plutôt que d’anticiper : il n’y avait en fait aucune solution dans le calendrier. Ce qui amène au secundo : pourquoi une année sans Euro et Coupe du Monde, la L1 doit terminer un 23 mai plutôt que début juin ?

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide