Fermer la publicité

Le Billet vert : la peur d'être bons

Loire le 22 janvier 2015 - Xavier ALIX - Sports - article lu 28 fois

Cachons nous, cachons nous… Après tout, c'est si Stéphanois. Ligue des champions sont-ils trois gros mots ? Que risque-t-on ? Jouer des matchs à 4 000 km comme cette année ?

 

Cachons nous, cachons nous… Après tout, c’est si Stéphanois. Ligue des champions sont-ils trois gros mots dans le champ lexical de L’Etrat ? Pourquoi le club ne serait pas prêt à empocher le prestige et les billets allant avec cette compétition dont il n’aurait jamais dû perdre la fréquentation ? Pourquoi faudrait-il attendre ?

On n’affectera tout de même pas à la prudence des dirigeants, de son entraîneur, de ses joueurs ce snobisme de la simplicité qui affecte parfois les ressortissants de notre région pour se priver d’ambition. Les trois devants ne sont pas loin dans tous les sens du terme. Quand on se souvient que sur les dix dernières saisons, les « arènes » de Lille (alors l’insipide Villeneuve -d’Ascq), Montpellier ont entendu le célèbre hymne de l’UEFA. Tout comme Toulouse et Auxerre ( !) pour  accompagner leurs joueurs qui allaient en découdre contre ceux de Liverpool, de Milan, du Real et de l’Ajax…

Bon d’accord, pour Auxerre et Toulouse, c’était sur de sacrés malentendus. Toulouse notamment, à une époque - 2006/07 - où derrière Lyon, s’étalait le désert français. Avec 57 misérables pts, la ville rose chipa par hasard la 3e place dont tout le monde avait peur avant de vite se débarrasser de la patate brûlante en baissant pavillon avant même que les Reds de la Mersey n’aient monté dans l’avion pour montrer qui était vraiment au top dès les préliminaires. N’imitons pas ce défaitisme so french et assumons.

Que risque-t-on ? Jouer des déplacements en semaine à 4 000 km ? Un peu comme cette année où la bonne gestion du club à tous les étages a prouvé une inédite capacité à encaisser. Au rayon usure, ça ne peut pas être pire en  D1 européenne. La peur alors de se faire piquer nos meilleurs joueurs ? Mais s'ils brillent constamment, fatalement, c’est déjà le cas, Ligue des champions ou pas. Et de toute façon, une non qualification européenne serait un échec cette année. A moins que les remarques d'un grand méchant loup médiatique en cas d’échec inquiètent : « ah ben y z’avait dit que, et ben bien fait ! ». Oulà, y a de quoi trembler !

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide