Fermer la publicité

Le 3e centre nautique du Roannais crée la tempête

Loire le 04 décembre 2014 - La Rédaction - Roannais - article lu 960 fois

Le 3e centre nautique du Roannais crée la tempête
J.-J. Ladet (à gauche) s'interroge sur le projet aqua-ludique (D.R.)

« D'ici à 2017 nous aurons 3 M€ en moins ; cela représente 30 M€ d'investissements qu'on ne fera pas sur le mandat.

Nous avons aussi des participations imposées comme au Sdis, au SEEDR. Néanmoins nous voulons maintenir un niveau d'investissement important, soit 100 M€ sur le mandat dont 15 M € en 2015 », résume Yves. L'agglomération a une capacité d'une épargne de gestion d'au moins 5 M€ par an ; d'autre part la dette serait fin 2020 entre 35 à 40 M€, soit 400 € par habitant. La leçon que tire alors Yves Nicolin de cette diminution de la dotation de l'Etat est de faire attention à la masse salariale. Pour rappel, Roannais agglomération emploie 370 collaborateurs. Par ailleurs, une collectivité n'a pas le droit de voter un budget en déséquilibre.
Les prises de parole des conseillers communautaires n'ont pas tant porté sur le budget et ses restrictions que sur des projets d'Yves Nicolin. Au premier rang de ceux-là, alors qu'elle n'est dans aucun ordre du jour : la construction d'un futur troisième centre nautique. Sarah Brosset (FN) estime qu’il s’agit d’un projet « disproportionné, pharaonique » ; Jean-Jacques Ladet (PS) se pose quant à lui la question de l'utilité de cet équipement « alors qu'il s'en prépare un semblable en Saône-et-Loire », et se préoccupe d'une politique de secours aux plus abandonnés ; Marie-Hélène Riamon (PS) demande à Yves Nicolin plutôt « une vision du territoire en 2020 »...
« J'ai donné les grandes lignes de mon plan de mandat lors de mon installation. Quant au centre aqua-ludique je me retrouve comme à l'époque du Scarabée : faut-il le faire ? Oui, parce que des équipements ont trop vieilli, parce que ça nous apportera 300 000 utilisateurs et peut-être plus. Il restera à choisir le lieu où l'implanter », répond le président Nicolin. Et à l'adresse de Marie-Hélène Riamon et de Jean-Jacques Ladet : « Vous avez des exigences que vous n'aviez pas avant ; c'est dommage ! »

L.P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide