Fermer la publicité

La voiture électrique en marche sur l'Isère

Isère le 17 octobre 2015 - Arnaud DE JUBECOURT - Sciences, Santé, Environnement - article lu 532 fois

La voiture électrique en marche sur l'Isère
breezcar - Recharge d'une voiture électrique

La voiture électrique, tout le monde en parle. Mais son usage reste confidentiel. En cause, l'autonomie, réelle ou supposée : la faible autonomie annoncée par les constructeurs alimente une angoisse de la panne, même si la plupart des trajets sont largement couverts par la réserve de batterie. Le Sedi (1) va d'ailleurs développé les points de recharge en Isère.

On peut faire 130 km avec une Citroën C zéro ou une Peugeot Ion, 210 km avec une Renault Zoé, et plus encore avec une Bluecar ou une Tesla. De quoi couvrir la plupart de nos trajets quotidiens : les études récentes montrent que la moitié des salariés travaillent à moins de 8 km de chez eux.  Il n’empêche, l’angoisse demeure.  Pour y répondre, la première solution est évidemment d’augmenter l’autonomie des véhicules : celle-ci progresse lentement, au rythme des améliorations techniques. Mais l’autre solution réside dans un réseau de charge assez dense et suffisamment rapide. Ce qu’on appelle le « réassurage » des véhicules électriques.  Là aussi, on progresse : Vinci projette d’équiper ses autoroutes, la CNR les bords du Rhône, Bolloré les villes ; la grande distribution commence à installer quelques bornes sur ses parkings.


Pour le reste du territoire, en Isère comme ailleurs, c’est encore le désert. L’Etat a donc appelé les territoires à s’équiper et s’engage à participer à hauteur de 50% du financement. En Isère, le Sédi1 (Syndicat de l’énergie de l’Isère, coordonnateur du schéma départemental) a répondu présent et est en train d’élaborer une réponse adaptée au territoire isérois

305 nouvelles bornes

Julien Clot Goudard, responsable du service Transition énergétique  explique : « nous prévoyons un ensemble de points de recharge disséminés sur l’Isère, tenant compte de l’offre déjà existante et couvrant le maximum des déplacements constatés : après une enquête sur les déplacements au sens large mené avec l’aide d’un bureau spécialisé, un choix de scénario a été décidé par les collectivités.  05 emplacements ont été par la suite sélectionnés par le Sédi pour recevoir des bornes de recharge. Une concertation fine avec les communes est en cours de finalisation et permettra de valider définitivement les emplacements choisis en fonction d’aspects sociologiques et techniques locaux. Chaque emplacement recevra au moins une borne (permettant deux recharges simultanées) et quelquefois plusieurs dans les sites très fréquentés.

Les bornes permettront une charge rapide (moins d’une heure) et seront multistandards pour accueillir tous les véhicules du marché qui utilisent des systèmes parfois non compatibles entre eux. Une prise vélos est également prévue. Un système de paiement incitatif est à l’étude. Un appel d’offres (groupé avec d’autres syndicats) va être lancé prochainement pour choisir le fournisseur des bornes qui seront interopérables (compatibles entre elles sur un grand périmètre régional). Celles-ci commenceront à être installées au printemps. » Une borne pilote devrait même voir le jour vers la fin de l’année du côté de Villard-de-Lans.

D’ici quelques mois un frein important au développement devrait donc être levé dans le département, et plus largement dans toute la région. Il ne vous reste plus qu’à commander votre Zoé personnelle.

Arnaud de Jubécourt

1 Le Sédi ( président : B Lachat) est un syndicat de communes ; c’est un outil à leur service pour les questions énergétiques : conseils sur les service publics liés à l’électricité et au gaz, travaux, transition énergétique, éclairage public… 505 communes de l’Isère sont adhérentes, ainsi que le Département et Grenoble Alpes Métropole. Sa compétence couvre aujourd’hui 95% du territoire isérois.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide