Fermer la publicité

La vente directe : Marché conclu

Isère le 01 juin 2015 - Patricia Tricoche - Nord-Isère - article lu 425 fois

La vente directe  : Marché  conclu
Patricia Perry Tricoche - Charlène Goy maraichère à Biol

Les Vals du Dauphiné n'ont pas fini de surprendre et les Assises de la Ruralité ont offert aux participants une vitrine originale des talents du territoire avec l'émergence de jeunes entrepreneurs qui ont pris le parti de vivre de leur passion.

Que ce soit Charlène, Jérémy et Marc Antoine, il n’y a pas de doute, la passion est bien là et même s’ils affichent une activité toute nouvelle ils n’en gardent pas moins les pieds sur terre ayant déjà été confrontés au parcours du combattant pour créer leur entreprise. Mais qu’importe, ils ont la foi chevillée au corps et démontrent que la vente directe semble avoir de beaux jours devant elle.

Paysan brasseur

Marc Antoine Rostaing se définit comme paysan brasseur, arrière petit fils de paysans, il a ce bon sens inculqué par sa famille installée depuis des années sur les terres de Vallin à Saint Victor de Cessieu. Ce trentenaire aux allures très rock and roll mène la brasserie des faux semblables avec beaucoup de lucidité. Il s’est installé à la ferme et accueille les clients tous les jours faisant découvrir sa production. Une bière bio naturelle qu’il présente comme « plate avec pas trop de bulles». Intarissable sur sa production il avoue travailler à toute heure du jour et de la nuit, avec la seule contrainte du respect de l’environnement.

La cueillette à la ferme

C’est sur les terres familiales à Biol que la jeune Charlène Goy reçoit ses clients pour la cueillette à la ferme. Une formule qui remporte un joli succès pour la jeune femme qui a toujours voulu faire ce métier. Confrontée aux aléas climatiques et à la charge de travail, la jeune maraîchère assume avec optimisme rappelant que ses cultures ne sont issues d’aucun engrais ni pesticide et que tout est fait à la main. En complément de la cueillette à la ferme elle participe au marché fermier de la ferme de la Cassole à Saint-Didier-de-la-Tour.

Le Pota’Djé ou le retour aux sources !

Personnage tout aussi atypique, Jérémy Fady,  maraîcher bio , prône le retour de la traction animale plutôt que le tracteur pour l’entretien des cultures, le travail du sol et les récoltes. Adepte des circuits courts il veut garder « le lien direct entre les consom’acteurs et lui ». Un jeune agriculteur qui refuse d’être enfermé dans un système de production intensive avec des emprunts et qui a choisi l’autofinancement et le financement participatif ce qui lui parait plus éthique.

Patricia Perry Tricoche
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide