Fermer la publicité

La sirène du malheur à Roanne

Loire le 17 novembre 2015 - Louis Pralus - Actualités - article lu 135 fois

La sirène du malheur à Roanne
Louis Pralus - Longue file devant les registres

Yves Nicolin avait appelé à un rassemblement silencieux à midi devant l'hôtel de ville, lundi 16 novembre. Les Roannais étaient au rendez-vous.

Lundi 16 novembre à midi la place de l'hôtel de ville de Roanne était noire de monde et débordait au-delà jusque sur les trottoirs. Au-dessus du drapeau, entouré d'un crêpe noir, la banderole « Hommage aux victimes ». A midi, le son lugubre de la sirène se fit entendre puis le silence. Le silence de centaines de personnes figées, recueillies, venues sans pancartes, sans banderoles, sans bougies.

Beaucoup de jeunes, des étudiants, collégiens, lycéens mais aussi des écoliers. Des familles avec des enfants en bas âge. Les mêmes mots circulaient de la part des politiques, du Front national au Front de gauche : Solidarité, compassion, unité, fraternité, on gagnera, on est plus forts ensemble, la République est solide... La chanson d'Elton Jones puis la Marseillaise. De longs applaudissements. Et chacun repartit en silence. Les policiers étaient nombreux alentour et contrôlaient l'identité de certains passants et fouillaient les sacs à main sur le pont des promenades à l'entrée du faubourg Mulsant.

L.P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide