Fermer la publicité

La Scet veut étendre ses services aux collectivités

Loire le 20 octobre 2015 - Denis Meynard - Collectivités locales - article lu 361 fois

La Scet veut étendre ses services aux collectivités
Denis Meynard - Paul Celle : « Cap Métropole peut monter des projets au profit d'autres collectivités, à conditions qu'elles entrent au

La filiale de la Caisse des dépôts veut devenir plus visible parmi les entreprises publiques locales de la Loire et ses autres partenaires institutionnels.

La Scet (Société centrale pour l’équipement du territoire), qui est la plus ancienne filiale de la Caisse des dépôts et consignations fête cette année ses 60 ans. Cette entité qui emploie 300 personnes est devenue le pôle « Conseil au territoires » de la CDC. Intervenant dans les métiers de l’aménagement, de l’immobilier et des services, elle anime un réseau national de près de 300 entreprises publiques locales (EPL). Dont trois dans la Loire : les sociétés d’économie mixte SEDL et Sempat, ainsi que la société publique locale Cap Métropole, dirigées par Jean-Claude Roux. Son expertise permet d’accompagner les EPL qui interviennent pour le compte des collectivités de la conception des projets à leur réalisation. Notamment dans le montage juridique et financier.

Jean-Paul Guérin, directeur interrégional de la Scet pour Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Franche-Comté, venu mardi à la rencontre des acteurs du département de la Loire, a annoncé un plan de développement qui va bénéficier de 10 M€ d’augmentation du capital de la CDC. « Nous allons recruter 70 personnes pour accompagner les transitions énergétiques, numériques et démographiques, ainsi que la transition institutionnelle qui va découler de la réforme territoriale inscrite dans la loi NOTRe », a-t-il déclaré.

Dans le contexte de disette budgétaire pour les collectivités, l’équipe d’une dizaine de personnes dédiée à l’ingénierie financière va être renforcée. Jean-Paul Guérin a rappelé que « le service E-conseil de la Scet, qui apporte des réponses sous 48 heures, s’adresse aussi aux bailleurs sociaux ». Soulignant que la directrice de l’expertise foncière pour Rhône-Alpes est une Stéphanoise, Michèle Hortala, passée par l’Etablissement public foncier de l’Ouest Rhône-Alpes (Epora). Paul Celle, le maire de Villars et conseiller départemental qui préside la SEDL et Cap Métropole, s’est félicité du rôle joué par ces EPL « qui permettent aux collectivités le lancement d’opérations sans en assurer le financement, avec des dépenses qui apparaissent au budget de fonctionnement, mais pas au niveau de l’endettement ».

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide