Fermer la publicité

La réforme des rythmes scolaires commune par commune

Loire le 14 août 2014 - La Rédaction - Agglomération stéphanoise - article lu 942 fois

La réforme des rythmes scolaires commune par commune
Cyrille Bonnefoy, 1er adjoint, jeunesse et enseignement à la Ricamarie (D.R.)

Pour tous les maires, au-delà des clivages politiques, le maître mot de la mise en oeuvre de la réforme a été l'écoute et la concertation avec tous acteurs de la vie scolaire.

Les échanges réguliers, depuis plus d'un an, ont permis une organisation cohérente du projet en phase avec les projets éducatifs des enseignants.  Par contre, l'opposition est plus forte à Roche-la-Molière, avec un collectif de parents opposés à la réforme tout comme le nouveau maire, mais qui, « dans le respect de la loi, va appliquer la réforme ».
Aujourd'hui, le cas de La Ricamarie, entretien avec Cyrille Bonnefoy, premier adjoint, jeunesse et enseignement.

Que pensez-vous de cette réforme ?

Cette réforme, même si elle s'appuie sur l'intérêt de l'enfant - ce que je crois - n'aurait jamais dû se bâtir comme elle l'a été. C’est une décision de l'Etat, c'est à l'Etat de la prendre en charge. Il en va de l'égalité générale des territoires. A la Ricamarie, nous n'avons pas attendu cette loi pour mettre en place des activités pédagogiques complémentaires, elles existaient déjà sur la commune. Nous nous sommes déclarés CLSH (centre de loisirs sans hébergements) ; c'est un lourd engagement car il y a une sévère exigence en termes d'encadrement mais nous recevons des aides du ministère de la Cohésion sociale et de la Caf.

Comment a été reçu ce projet de réforme ?

Il a été plutôt mal reçu par les parents et les enseignants. Depuis plus d'un an, nous avons fait 17 rencontres de concertation avec tous les partenaires de la communauté éducative : parents, enseignants, associations, intervenants Atsem, conseils d'écoles, DDEN et élus. Cela n'a pas été facile notamment sur les horaires mais nous avons réussi à construire un projet sérieux.

Qui sont les intervenants ?

Nous aurons 40 animateurs diplômés, des Atsem, des membres d'associations de la commune (école intercommunales des arts, associations sportives et culturelles), bénévoles ou non, des instituteurs qui participent à l'opération « coup de pouce » pour identifier les élèves de CP en difficulté.

Combien d'enfants participeront aux « activités périscolaires » ? Quel en sera le coût pour la commune et les parents ?

Sur la commune, 800 enfants sont scolarisés en maternelle et en primaire et nous pensons que 70 % participeront aux activités éducatives. Leur coût est de 675 € par enfant, soit un coût total de 300 000 €.
Ceci dit, nous avons un budget très serein jusqu'ici mais les choix gouvernementaux nous fragilisent. Si nous avions dû  faire supporter aux Ricamandois l'engagement de l'Etat, cela aurait augmenté de 10 points leurs taxes locales. Nous avons prévu de demander une petite participation forfaitaire aux parents suivant le quotient familial et de gérer au plus strict le budget de fonctionnement mais de maintenir si possible le budget d'investissement afin qu' il n'y  ait pas d'incidence sur l'économie.


Le projet ricamandois

Temps scolaire: lundi, mardi, jeudi, vendredi de 8 h 30 à 11 h 45 et de 13 h 30 à 15 h 30, le mercredi de 8 h 30 à 11 h 30.
Temps d’activités éducatives périscolaires : de 15 h 30 à 17 h 30 à la sortie des classes, les lundis, mardis, et jeudis, avec une demi-heure pour goûter et prendre un temps de récréation.
Dès 16 h et jusqu’à 17 h 30, des activités éducatives de danse, théâtre, musique, sports, chant, arts visuels et plastiques, atelier photo seront proposées aux élèves.
Pause méridienne : de 11 h 45 à 13 h 30



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide