Fermer la publicité

La réforme des rythmes scolaires commune par commune

Loire le 07 août 2014 - La Rédaction - Agglomération stéphanoise - article lu 924 fois

La réforme des rythmes scolaires commune par commune
Cette semaine, Marc Petit, maire parle de la situation à Firminy (D.R.)

Pour tous les maires, au-delà des clivages politiques, le maître mot a été l'écoute et la concertation avec tous les acteurs de la vie scolaire : enseignants, parents, associations, intervenants, Atsem et élus.

Les échanges réguliers depuis plus d'un an ont permis une organisation cohérente du projet en phase avec les projets éducatifs des enseignants. L’opposition est plus forte à Roche-la-Molière, avec un collectif de parents opposés à la réforme tout comme le nouveau maire mais qui « dans le respect de la loi, va appliquer la réforme ».
Cette semaine, le cas de Firminy. Entretien avec son maire Marc Petit.

Que pensez-vous de cette réforme ?

Elle a pour but de favoriser l'épanouissement de chaque enfant en lui proposant des activités diversifiées auxquelles il n'a pas été habitué et auxquelles il n'a parfois pas accès. Comme tous les mairies, nous avons une grosse inquiétude en ce qui concerne le coût pour la commune. Il est indispensable que les aides de l’Etat et de la Caf prévues en 2014-2015 soient pérennisées dans le temps sinon nous serons dans l'incapacité de les continuer.

Ce qui est novateur, à Firminy, c'est que vous allez au-delà de la réforme Peillon en proposant des  activités, non par classe, mais par groupe plus réduit et un grand nombre d'intervenants ?

En effet, nous proposons des activités par tranche d’âge et non par classe dans quatre domaines d’activité : le sport, la culture, l’environnement/l’éveil à la citoyenneté, les jeux. Le taux d’encadrement sera d’une personne pour 18 enfants en élémentaire et d’une pour 14 en maternelle. Nous avons fait le choix de faire appel à du personnel qualifié pour l’encadrement et de n'employer aucun bénévole car il faut être présent toute l’année quatre jours par semaine. Ces ateliers seront donc assurés par des agents municipaux qualifiés, des enseignants volontaires, des intervenants extérieurs et des éducateurs sportifs et culturels que les associations mettront à disposition de la Ville. Au total une centaine d'intervenants sur l’année.

Comment faire cohabiter intervenants extérieurs et personnel enseignant dans l'école sans « incident de frontière » ?

Nous avons élaboré une charte signée par les  utilisateurs des locaux scolaires : ils s’engagent à y faire respecter les règles de vie habituelles de l’école ou de la classe (niveau sonore, déplacements…) ainsi que les principes de neutralité et de laïcité pour tous. Cela a rassuré les enseignants.

Quel est le coût des activités périscolaires pour la commune ?

Le coût total est de 322 000 € ; on déduit 114 000 € affectés aux études, soit 208 000 € ; l'essentiel est compensé par les aides de l’Etat et de la Caf. Nous nous sommes déclarés CLSH (centre de loisirs sans hébergement) afin d'avoir davantage d'aides. Les temps d'activités périscolaires sont gratuits pour les familles. Durant l'année scolaire, chaque semaine, 352 activités seront proposées. Chaque jour l'enfant pourra  participer à une activité différente et complémentaire du temps scolaire. Une enquête sur Firminy montre que plus de la moitié des jeunes Appelous n'ont pas accès à une activité sportive et plus de 80 % à une activité culturelle. Les Temps d’activités périscolaires (Tap) balayent un éventail d’activités permettant à l’enfant de tester différentes disciplines ou pratiques et pourquoi pas de découvrir une passion.


Le projet appelou

Depuis plus d’un an, élus et agents municipaux et communauté enseignante travaillent sur la réforme des rythmes scolaires. Les horaires et le contenu des « temps Peillon » ont été choisis à l'issue de nombreuses réunions. Les temps d’activités périscolaires sont proposés le lundi, mardi, jeudi, vendredi de 15 h 45 à 17 h après l’école. Ce temps d’activités est gratuit et non obligatoire.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide