Fermer la publicité

La première pierre pour le groupe scolaire Brillié

Loire le 19 juin 2014 - La Rédaction - Forez - article lu 1001 fois

La première pierre pour le groupe scolaire Brillié
Christophe Bazile était entouré de Marie-Renée Desages, architecte, et Catherine Doublet, adjointe à l'éducation (D.R.)

Proche de l’antenne du conseil général (récemment inaugurée), cet équipement qui accueillera 300 élèves est appelé à devenir « un élément fort et structurant de la transformation-réhabilitation en cours du quartier de la Verdière-Abbaye ».

Marie-Renée Desages a expliqué que cet ensemble, qui remplacera trois écoles actuelles (Chavassieu, Centre, Château Lachèze), regroupera une école maternelle de cinq classes et une école élémentaire de neuf classes. Il s’agit d’un « projet sobre et simple » conçu dans une économie de moyens.
Le groupe se composera de deux corps de bâtiments entourant les cours de récréation (pour la sécurité des enfants et protéger du bruit les habitations voisines). La partie construite représentera 2 443 m2 sur un terrain de 5 870 m2. La construction sera en béton enduit (étage à ossature bois pour l’école maternelle). Les toitures seront recouvertes de tuiles, en harmonie avec l’habitat environnant. Le chauffage sera assuré par une chaudière à granulé bois. Deux préaux seront construits en bois, avec toiture plate.
La première pierre et un bloc imposant trouvé sur le chantier de démolition de l’ancienne usine Brillié. Elle est destinée à être utilisée en banc. Marie-Renée Desages réalise actuellement un travail intéressant sur le chantier de construction d’une école dans un village du Gard : « les enfants sont associés à la construction. Chacun apporte sa pierre dans un mur ». Elle se tient disponible pour une expérience du même type à Montbrison, associant les enfants et leurs enseignants. Christophe Bazile est personnellement intéressé par cette suggestion.
Dans son allocution, il a signalé que l’étude des sols a repoussé de trois mois le début du chantier, de sorte que l’équipement ne pourra pas être opérationnel à la rentrée 2014. Le coût de la réalisation sera plus élevé que prévu : 3,8 M€  HT, soit 4,5 M€ TTC, à la charge de la Ville.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide