Fermer la publicité

Roanne : La parole au quartier du Mayollet

Loire le 23 octobre 2015 - Louis Pralus - Roannais - article lu 389 fois

Roanne : La parole au quartier du Mayollet
Louis Pralus - Des mamans soucieuses de l'intégration des enfants

Yves Nicolin continue sa tournée des quartiers. Samedi 17 octobre c'était la rencontre des habitants du quartier du Mayollet.

Le maire de Roanne veut rester à l'écoute des habitants une fois par mois en se rendant sur place dans les maisons des services publics. Lors de ces rencontres les problèmes personnels peuvent ainsi être exposés.

Au Mayollet le souci de plusieurs mamans d'origine nord-africaine  est « l'éducation » de leurs enfants et leur scolarité. Il y a un problème à l'école du Mayollet. Les enfants, à plus de 90 % issus de l'immigration, ont de la peine à suivre le français et il s'ensuit un échec quand ils arrivent au collège. L'une d'elles martèle : « L'intégration démarre à partir de la langue française ; quand on n'a pas le français on n'a pas l'intégration. » Le retrait du quartier du Mayollet du zonage d'éducation prioritaire (Zep) présente l'inconvénient de ne plus pouvoir permettre le suivi en petits groupes. Une bénévole en soutien scolaire suggère de mettre le français comme une langue étrangère « comme on l'apprend aux petits de deux ans ». La situation est bien meilleure à l'école Coutaret, aussi on change les enfants d'école ou on les met dans le privé. Yves Nicolin annonce que l'an prochain la ville reprendra la main pour les inscriptions dans les écoles et d'ici là il propose un dispositif de réflexion dans lequel il intègrera ces mères de famille.

L'autre préoccupation du quartier est l'embouteillage de la rue Claude-Bochard par les voitures venant ou allant à Villerest et sur les rives de la Loire, suite à de nouveaux lotissements. Ces voitures vont très vite et sont dangereuses. Ne pourrait-on pas faire une déviation ? demande un riverain. « Créer une nouvelle voie, on n'en a plus les moyens. Il y a eu un projet de déviation par le halage et de création d'un nouveau pont, je l'ai arrêté », répond le maire. Est évoqué enfin le problème des personnes âgées qui ne peuvent plus porter leurs déchets végétaux. Quelqu'un suggère un ramassage à la demande pour eux. Yves Nicolin demande à chacun de pratiquer la solidarité envers ses voisins âgés et de leur transporter leurs déchets.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide