Fermer la publicité

La nouvelle ligne de tramway sur les rails

Loire le 09 avril 2015 - Daniel Brignon - Collectivités locales - article lu 2245 fois

La nouvelle ligne de tramway sur les rails
Saint-Etienne Métropole - En bleu et rouge (continu), les 2 variantes du projet qui rejoignent Bergson au carrefour C-Odde

Le conseil communautaire de Saint-Étienne Métropole réuni à Andrézieux-Bouthéon mercredi 1er avril a approuvé le programme de construction d'une nouvelle ligne de tramway à Saint-Étienne, une opération estimée entre 60 et 80 M€.

Le Plan de déplacements urbains approuvé par Saint-Étienne Métropole le 10 mai 2004 prévoyait « le prolongement d’un axe lourd en site propre depuis le pôle d’échanges de Châteaucreux vers les quartiers nord-est de Saint-Étienne ». C’est sur ce programme que s’appuie la légitimité de la nouvelle ligne de tramway défendu par la nouvelle gouvernance de la communauté d’agglomération, devant une assemblée pour une part sceptique.

Le vice-président chargé des transports, Marc Petit, se montrait pourtant convaincant, arguant que Saint-Étienne figure parmi les rares agglomérations où la place de l’automobile dans les déplacements est toujours en croissance, malgré la montée en puissance des déplacements en tramway. Attractifs ils sont passés sur le réseau actuel de 74 000 voyageurs/jour en 2010 à 85 500 en 2015.

Il s’agit pour le vice-président de conforter ce mode de déplacement par une ligne nouvelle prolongeant la ligne T 3, de la gare de Châteaucreux à La Terrasse, offrant ainsi un deuxième itinéraire nord-sud irrigant des quartier isolés, Le Soleil et les quartiers nord-est, la zone d’activité du Technop^ole - qui représente 6 000 emplois - et les grands équipements structurants de la ville : Parc-expo, Zénith, nouvelle Comédie, stade G.-Guichard. La liaison Châteaucreux-Terrasse serait par ce tracé, précise l’élu, amélioré de 6 min (14 min au lieu de 20). Le projet participe, souligne l’argumentaire, à « l’accélération et la structuration du grand projet urbain du quart nord-est de la ville ».

Coût de l’opération : 60 à 80 M€ HT, selon les tracés, entre l’un de 3,5 km et le plus long de 4,5 km (via le Technopôle). Un coût pris en charge sur deux mandats, selon un calendrier de réalisation établi : études et concertation sur le 2e semestre 2015 et le 1er semestre 2016, enquête publique au 2e semestre 2016, travaux sur 2017 et 2019.

L’ensemble du programme était soumis à l’approbation du conseil non sans discussion. Si les représentants écologistes affirment expressément leur satisfaction, d’autres voix expriment un doute, sur l’intérêt communautaire de l’opération pour Raymond Joassard, sur l’engagement financier qui risque de remettre en cause d’autres projets, pour Gérard Manet et Christophe Faverjon, déclarant le projet « non-opportun ».

L’ancien maire de Saint-Étienne, Maurice Vincent, réaffirmait sa « conviction de l’inutilité du projet », déplorant une délibération qui engage 80 M€ sur de simples « hypothèses ». Il proposait de ramener la délibération au seul engagement des études de faisabilité. Le projet a été finalement voté dans sa globalité, par 62 voix pour, 19 contre et 17 abstentions.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide