Fermer la publicité

La Métro interroge sur le téléphérique urbain

Isère le 10 octobre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Région grenobloise - article lu 245 fois

La Métro interroge sur le téléphérique urbain
Caroline Thermoz-Liaudy - Les élus de la métro et maires des communes concernées ont lancé la concertation préalable du Métro-câble.

Entamée le 5 octobre et jusqu'au 13 novembre, la concertation pour la réalisation d'un transport par câble « Métro-câble » à l'horizon 2021 se veut plus que jamais participative.

La Métro a lancé le 5 octobre une concertation préalable autour du projet de téléphérique urbain qui relierait Fontaine et Saint-Martin-le-Vinoux via Grenoble et Sassenage. Un projet qui tient au cœur d’un bon nombre d’élus qui n’en sont pas à la première tentative : en 2012, le projet de téléphérique entre l'agglomération et le Vercors avait été abandonné, en raison de l'opposition des riverains. Trois projets sont mis à l’étude, pour un montant d’investissement compris entre 54 et 60 M€ : « Sur ce tracé, l’aérien est la bonne solution en raison des nombreux obstacles : A480, RN481, voie ferrée, Drac…» explique le président Christophe Ferrari. Le tracé comporte 4 à 5 stations sur 3,7 km et enjambe les deux rivières, Drac et Isère. Il permet de relier trois lignes de tramway en seulement 16 minutes. Un des arrêts dessert notamment la presqu’île scientifique de Grenoble. La fréquentation espérée est de 5 000 voyageurs par jour lors de la mise en service (prévue en 2021) et de 8 500 à l'horizon 2030.  « Il ne faut pas que les besoins en déplacements augmentent la circulation des voitures, explique Yann Mongaburu, président du SMTC. Donc pour être cohérent, il faut être en capacité de proposer des offres de transport alternatives, attractives et peu coûteuses ». Le téléphérique devrait être intégré au réseau des transports urbains, et donc être accessible avec un titre de transport tramway ou bus. Autre point en faveur du câble : il est sûr, silencieux, et peut circuler dans presque toutes les circonstances météorologiques. Gros points noirs : son intégration dans le paysage et son impact sur la faune. « Cette concertation doit permettre à  chacun de participer à sa conception. Le site Internet de la concertation possède aussi un outil de visualisation avec les différentes cabines, les pylônes, les pôles d’échanges… Avec le prix de chaque élément afin que le citoyen puisse évaluer lui-même. Trois ateliers publics seront organisés : les 2 et 14 octobre à Grenoble et à Fontaine, et le 4 novembre à Saint-Martin-le-Vinoux. Sept registres d’expressions sont mis à disposition dans les mairies et agences Métro, ainsi que sur le site Internet » explique Marie-José Salat, en charge de la concertation.

C.T.-L.

 

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide