Fermer la publicité

La marche pour l'environnement passe en Isère…

Isère le 31 juillet 2015 - Arnaud DE JUBECOURT - Sciences, Santé, Environnement - article lu 690 fois

La marche pour l'environnement passe en Isère…
R Pascal - Hervé Pighiera et son bac roulant traversent la France

Hervé, 27 ans, est parti de chez lui à Aix-en-Provence pour rejoindre Paris à pied. Fait singulier, il marchera avec une...poubelle, qu'il remplira des déchets trouvés sur le bord de la route. Avec cette poubelle (un bac à roues à couvercle jaune), il a décidé de se rendre à la conférence mondiale sur le climat. (COP 21, du 30 novembre au 11 décembre, Paris/Le-Bourget).

Hervé Pighiera compte ainsi attirer l’attention sur l’omniprésence des déchets en tous lieux de la planète et frapper les consciences. Il souhaite le faire d’une manière respectueuse de la nature et de l’homme : « Dans ce monde où tout va trop vite, la marche permet de prendre le temps de voir ce qui nous entoure avec un œil plus averti, permet des pauses pour se rapprocher d’un point d’intérêt, aide à la réflexion et surtout ne pollue pas ». C’est au cours de ses voyages parfois lointains qu’il a compris l’ampleur de la situation : « Quasiment pas un mètre carré de bord de route dans le monde n’est propre ; il faut marcher au bord pour s’en rendre compte, ce que je ne faisais pas en France ;  pour les fleuves c’est la même chose et même le prestigieux Amazone est une poubelle géante. En France aussi les déchets sont visibles partout... ». 

1400 canettes alu récoltées en 4 jours...un tri à refaire chaque jour

Il en a acquis la preuve pendant une première marche test de 4 jours, glanant sur son parcours 1300 canettes alu et plus de 5000 autres déchets : mégots, (chaque mégot pollue l’eau autour de lui, par centaines de litres, et il y en a 40 000 milliards potentiellement jetés chaque année dans le monde), paquets de cigarettes, verre, plastique, et même quelques objets récupérables. De passage près de Roybon le 25 juillet, Hervé était à Bourgoin-Jallieu le 29 juin. Il est passé ou passera à Meyrieu-les-Etangs, La côte-Saint-André, Maubec, Domarin, Saint-Alban-de-Roche, l'Isle-d'Abeau, Crémieu avant de passer dans le département de l’Ain. Lola, sa compagne, le rejoint aux étapes et prend sa part à la mission : elle trie chaque soir le produit de la collecte : le bac est parfois rempli plusieurs fois dans la journée et son contenu versé dans des sacs qu’elle récupère en voiture pour les trier) ; chaque matin, elle porte en déchèterie le résultat de son tri ; au passage, elle se fait sa petite idée du niveau de propreté de la commune traversée la veille, avec parfois de grandes différences d’un lieu à l’autre, ou même d’un département à l’autre.

L’arrivée à Paris est prévue début septembre,  notamment pour des raisons de sécurité, la marche de nuit avec poubelle étant peu recommandée. Hervé sera donc amené à revenir terminer en novembre son périple vers le Bourget, où il pourra franchir la ligne d’arrivée avec son bac. Ce drôle de tour de France lui aura fait rencontrer des centaines de visages conquis à sa cause et qui souvent lui ont proposé une hospitalité bienvenue : Hervé et Lola ont été ainsi accueillis par des habitants presque à chaque étape, avec une grande diversité de profils incluant des gens du voyage à la Côte-Saint-André ou des zadistes de Roybon. Preuve que la lutte contre la prolifération des déchets concerne tout le monde et ne connaît ni limite, ni frontière ! 

Arnaud de Jubécourt

 

La COP21, un évènement énorme, pour la France, pour l'Europe et pour le monde


La 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), ou COP21, va se tenir du 30 novembre au 11 décembre 2015 sur le site de Paris-Le Bourget.

40 000 participants sont attendus : délégués représentant 195 pays, observateurs, experts de la société civile... Il s’agit du plus grand événement diplomatique accueilli par la France et également de l’une des plus grandes conférences climatiques jamais organisées (il en existe depuis 1972).

Objectif : traiter, de façon équilibrée, des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement global à 2°C - et de l’adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants. Prenant en compte les besoins et capacités de chaque pays, l’accord pourrait déboucher sur des engagements de l’ordre de 80 milliards d’euros par an à partir de 2020 et permettre une transformation à long terme.

Pays organisateur, la France va jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus au sein des Nations unies et aussi au sein de l’Union européenne, qui occupe une place importante dans les négociations.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide