Fermer la publicité

La maison des préfets de la Loire en proie aux flammes

Loire le 30 décembre 2014 - Emilie Massard - Société - article lu 673 fois

La maison des préfets de la Loire en proie aux flammes
Sylvain Thizy - Le conseil général est propriétaire de la résidence

Dans la nuit du jeudi 25 décembre, la maison des préfets a été détruite par un incendie à Saint-Genest-Lerpt. Un incendie dont on ne connaît pas encore l'origine, mais qui a soulevé une vive émotion chez les Ligériens qui connaissent bien cette demeure emblématique de notre département.

C’est la préfète elle-même qui a donné l’alerte dans la nuit qui a suivi les fêtes de Noël, pour signaler l’incendie qui s’était déclenché dans la maison de Cizeron, résidence des préfets de la Loire située sur la route dite « du Chasseur » à Saint-Genest-Lerpt en direction de Saint-Just-Saint-Rambert.

Depuis 1858, suite au transfert de la préfecture du département de Montbrison à Saint-Etienne, le château Cizeron a été racheté par la Ville de Saint-Etienne pour en faire la résidence d’été des préfets. Cédée par la suite au conseil général, la demeure est louée par l’Etat depuis 1960 pour y loger son premier représentant de façon permanente pendant son séjour dans la Loire. Fabienne Buccio s’y trouvait donc avec sa famille lorsque l’incendie s’est déclenché.

Une soixantaine de pompiers ont été dépêchés sur les lieux avec cinq fourgons et une échelle pour lutter contre les flammes, qu’ils ont du combattre jusqu’au samedi soir. Au cours de l’incendie, trois pompiers ont été blessés lors de la chute d’une cage d’escalier, heureusement sans gravité puisqu’ils ont tous pu sortir de l’hôpital le soir même. Après la fin de l’incendie, une surveillance a été mise en place. « Comme il est de rigueur sur ce genre de sinistre », explique le colonel Alain Bert, qui était de garde pour le suivi de l’incendie. « Nous avons arrêté celle-ci dimanche soir, lorsque nous avons été sûrs qu’il n’y avait plus de fumerolles. »

La préfète et sa famille ont été relogés dans des appartements de la préfecture à Saint-Etienne, en attendant d’évaluer les dégâts et d’envisager la réhabilitation du bâtiment, qui risque d’être longue. Il ne subsistait en effet plus guère que les murs de la bâtisse après l’incendie. Une enquête judiciaire a été ouverte par le procureur de la République pour connaître les causes de l’incendie.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide