Fermer la publicité

Assises du commerce : ils claquent la porte

Isère le 15 octobre 2015 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 243 fois

Assises du commerce : ils claquent la porte
Caroline Thermoz-Liaudy - En décembre, les acteurs du monde économique s'étaient réunis pour faire des propositions en période post-électorale (li

Depuis le temps que l'on redoutait la rupture entre la municipalité EELV de Grenoble et le monde économique, il semble que le divorce ait été prononcé le 9 octobre dernier. Lors des assises du commerce, une partie de l'assemblée a claqué la porte.

La CCI de Grenoble, la chambre des métiers et de l’artisanat et l’Association des unions commerciales « Label Ville » ne veulent plus discuter.

Initiées depuis le début de l’année et pilotées par la municipalité grenobloise, les « Assises du commerce » devaient permettre des échanges entre les élus de Grenoble, les acteurs économiques et l’ensemble des commerçants, afin de dresser un état des lieux des problématiques du commerce de la ville et d’élaborer un plan d’actions concerté. Mais à en croire les représentants de la CCI : « Aujourd’hui, le constat est clair et décevant : baisse de la fréquentation des commerces, poursuite de la baisse du chiffre d’affaires global des commerçants, augmentation du nombre de friches commerciales, et dégradation de l’image de la ville. » Autant de gouttes qui ont fait déborder le vase.

« D’une part les sujets prioritaires évoqués lors des Assises, comme la sécurité et l’hygiène, ne sont pas pris en considération par les élus grenoblois, d’autre part ces derniers s’engagent sur des orientations fondamentales qui n’ont jamais été abordées dans le cadre de ces mêmes Assises. » Et ce qui a du mal à passer, ce sont les mesures en matière de circulation et de transport (encore !). Modalités de stationnement lors des pics de pollution, autoroute à vélos rapporte aussi un communiqué de la CCI… suppression de toute circulation automobile sur le boulevard Agutte-Sembat. Autant de provocations pour la CCI, la CMA et Label Ville qui posent leurs conditions.
« La reprise du dialogue est soumise à quatre préalables : la mise en œuvre de mesures en faveur de l’hygiène et de la sécurité, le retrait des dispositions relatives au stationnement pour le traitement des pics de pollution, et le renoncement ferme au projet d’autoroute à vélos et de suppression de toute circulation automobile sur le boulevard Agutte-Sembat. »

Sollicitée, la mairie de Grenoble n'a pas été en mesure de répondre à nos questions pour des raisons de disponibilités.

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide