Fermer la publicité

La Métropole prend l’eau

Isère le 18 octobre 2014 - Laurent Marchandiau - Région grenobloise - article lu 2351 fois

La Métropole prend l’eau
Pierre Verri, président du SIERG, P.-D.-G. de la SPL Sergadi et maire de Gières (D.R.)

Berceau de la houille blanche, la Capitale des Alpes entretient depuis plusieurs générations un lien privilégié avec son eau.

Réputée pour sa qualité, au cœur de son économie locale, sa gestion est en passe de prendre un nouveau virage et un nouveau visage. L’an dernier, la régie mise en place depuis 2001 au niveau de Grenoble a fait place à une société publique locale (SPL) « Eau de Grenoble ». Jusqu’en 2013 composée cinq communes dont Grenoble, puis élargie dès 2014 à Claix, Eybens, Le Gua, Miribel-Lanchâtre et Vif. Le passage à la métropole d’ici au 1er janvier 2015 implique de nouveaux changements, la compétence des eaux revenant à la structure métropolitaine. Jusqu’à présent, elle se répartissait entre la SPL Eau de Grenoble et la SPL SIERG/Sergadi. « Nous travaillons depuis plusieurs mois avec la SPL Eau de Grenoble dans l’objectif de fusionner nos SPL respectives d’ici à la fin de l’année en vue du passage à la métropole grenobloise », explique Pierre Verri, président du SIERG. Une fusion qui permettrait de mutualiser les moyens des deux structures historiques créées en 1947 pour le SIERG et en 1954 pour Eau de Grenoble. « Cela nous procurera à la fois des économies tant au niveau de nos équipes  (mutualisation de nos services administratifs principalement) que techniques », explique Pierre Verri. Une fusion sans licenciement de personnel, les différentes équipes techniques conservant leur secteur afin de rester au plus proche des besoins des usagers tout en gardant une capacité d’intervention intacte. Si pour l’heure les discussions vont bon train avec la ville de Grenoble sur cette fusion prochaine, reste à savoir quelle forme prendra la future structure. « Nous souhaitons une eau gérée à 100 % par le public au sein d’une SPL réunissant nos deux organismes. Ainsi, on peut disposer d’une régie métropolitaine qui déciderait du prix de l’eau pour les 49 communes de la Métropole avec une personne morale, mais sans personnel afin de réduire les coûts. La création d’un syndicat mixte serait également une bonne chose. Pour l’heure, aucun scenario est encore décidé de même que le nom de la future structure », précise le président du SIERG. Pour lui, le choix d’une SPL permettrait une gestion plus efficace qu’une régie, en particulier au niveau du recouvrement des impayés, du fait du plus grands nombre de personnes dévolues à cette tâche. Le fait de créer un syndicat mixte prend tout son sens également au vu que le SIERG compte 55 actionnaires et 33 communes adhérentes tandis que ses 145 km de réseau vont au-delà du périmètre de la Métro.

Questions en suspens

Si les tarifs de l’eau ne changeront probablement pas au 1er janvier 2015, certains aspects techniques sont à creuser.  « La prise de compétence directe de la production-distribution par la métropole induirait la dissolution de quelques syndicats comme le SIEC (syndicat des eaux de Casserousse) du fait qu’il ne restera qu’une commune extérieure à la métropole (Saint-Martin-d’Uriage). A contrario, le syndicat intercommunal des eaux de la Dhuy (SIED) sera toujours effectif étant donné qu’il restera trois communes du Grésivaudan dans son périmètre, de même que le SIERG qui continuera d’exister. Sur nos 33 communes adhérentes, 7 sont en dehors du champ de la métropole », affirme Pierre Verri. Si dans les faits, rien n’est encore décidé concernant l’organisation de la future structure, « on imagine bien la métropole avec une régie tête de pont ainsi qu’une personne morale, un syndicat mixte intégrant l’ensemble des moyens de production et de distribution et une SPL réunissant en son sein l’intégralité du personnel et des compétences. » Un schéma possible qui s’éclaircira ces prochains mois. À terme, la future structure comptera entre 140 et 150 personnes auxquelles se rattacheront progressivement entre 50 et 60 personnes issues des des différentes régies municipales.

Laurent Marchandiau


*SIERG : Syndicat intercommunal des eaux de la région grenobloise ;SIERGADI :Société des eaux de la région grenobloise et d’assainissement du Drac inférieur.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide