Fermer la publicité

La Ligue 1, cette handicapée morale

Loire le 17 avril 2014 - La Rédaction - Sports - article lu 348 fois

Le gendarme financier du foot professionnel français vient en effet de publier les résultats de l'exercice 2012/13 des clubs de l’élite.

Saint-Etienne est ainsi positif d’1 M€, à la 7e place des 11 bilans positifs sur 20. Exceptionnellement « dopé » par son titre 2012, la vente de joueurs qui en a fatalement découlé et son parcours de touriste en Ligue des champions, Montpellier est loin devant. D’ailleurs, tous les gros, les vrais, sont déficitaires, y compris le PSG même si ce dernier peut s’en cogner autant qu’il le fait de sa formation tant les pétrodollars étanchent la moindre fuite. L’OL a plus de mal avec près de 20 M€ de pertes. D’autres ont été condamnés à réviser leurs comptes à un niveau inférieur pour moins que ça… Mais il paraît que Lyon « a des actifs ». Hormis les clubs à généreux mécènes, la L1 bouche chaque année les trous par la vente de joueurs, les Verts y compris. Déjà un cran en dessous auparavant, elle décline tel un soleil couchant depuis les années 2000. Dans les années 90, elle plaçait au moins un demi-finaliste chaque année en Coupe d’Europe. Les raisons ? Pas d’audace mais surtout un handicap que n’ont pas les championnats majeurs : la morale. Il n’y a qu’en France pour qu’une instance s’inquiète aussi sévèrement des délires financiers, des dettes à n’en plus finir. Il n’y a qu’en France que les joueurs sont - pour l’heure - égaux avec les autres citoyens sur l’imposition des sommes astronomiques qu’ils touchent pour « travailler » 25 h par semaine. Un fait en réalité positif jamais souligné. Malheureusement, la morale ne paie pas.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide