Fermer la publicité

La Gimond pointe au sud des Monts du Lyonnais

Loire le 12 juin 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 841 fois

La Gimond pointe au sud des Monts du Lyonnais
(D.R.)

Sans elle, rien ne le distinguerait d’un simple hameau.

L’église du XIXe siècle d’inspiration médiévale et son remarquable clocher permettent d’identifier le centre bourg. Minuscule. Qui plus est, doté d’une discrète mairie et davantage pourvu en villas de la fin du XXe siècle qu’en vieilles demeures.
« La constitution de la commune fut tardive. Avant, son territoire appartenait à Chevrières, explique le maire Serge Bouchut. Ici, quasi tous les hameaux (une dizaine) sont plus peuplés que le bourg ! » Heureusement, 773 ha n’en font qu’un territoire peu étendu. « Et ça nous va très bien », s’exclame S. Bouchut en songeant à la gestion de cet habitat dispersé, la voirie en premier lieu !
A l’extrême sud des Monts du Lyonnais, La Gimond a rejoint au milieu des années 90 la communauté de communes de Forez-en-Lyonnais dont la capitale est Chazelles-sur-Lyon. Choix alors logique. Sauf que 20 ans plus tard, la population est davantage périurbaine, venue de l’agglomération stéphanoise toute proche ou du sud Forez où elle travaille dans sa grande majorité. « Et être tout au sud amène parfois des soucis : la déchetterie par exemple est à Chazelles à 20 min alors qu’il y en a une de Saint-Etienne Métropole chez nos voisins de Saint-Héand à 2 km. Mais nous tenons malgré tout à Forez-en-Lyonnais et son cadre de vie campagnard... » Cadre de vie qui, à 15 min des portes de Saint-Etienne a eu le mérite de relever une démographie chancelante à la fin des années 60 (168 habitants) : remontée jusqu’en 1990 à 217 habitants entre autres consécutive à un lotissement créé en 1982 de quelques lots. Puis après stabilisation, hausse dans les années 2000 faisant atteindre 283 Gimoniots selon la dernière mise à jour Insee.
Du coup, pas de maisons vides, que du neuf ou du retapé, et une école pleine : 40 élèves, deux classes aux locaux neufs depuis 2004. « On cherche stabiliser, hors de question de construire à tout va. Le Scot nous va très bien avec 1 à 3 constructions par an. Nous construirons sur le bourg. L’idée de quelques lots dans un second lotissement afin d’éviter des dessertes sans cohésion est en réflexion », annonce le maire. Lors du dernier mandat, l’ancien presbytère a été rénové en logements sociaux à l’étage, le rez-de-chaussée accueillant la cantine scolaire, l’assainissement a été étendu à 17 habitations. Croître trop vite n’est pas aisé pour de petites finances même si grâce à 236 000 € de subvention d’un Cocs avec le conseil général, la municipalité a pu mener à bien ces travaux et rénover aussi l’ancienne école. En 2015, elle rafraîchira et agrandira la mairie.
Résidentielle, la commune n’est pas dépourvue de toute activité : celle associative des habitants - volontariat apprécié du maire - mais aussi celle de ses bientôt plus que 4 éleveurs laitiers, ultimes représentants de ce qui fut la profession de quasi tous les Gimoniots il y a 60 ans. A noter aussi la présence d’un restaurant gastronomique (Le vallon du Moulin) et de manière plus anecdotique d’un producteur de framboises et d’une plus rare encore cultivatrice de… safran bio. Toujours dans le domaine bio, la fierté du village, la pérennité d’une vieille histoire familiale : « Cizeron bio » : 10 M€ de CA, une dizaine d’employés, leader de la fabrication de la farine bio animale du quart sud-est de la France et qui propose aussi de la farine « pour hommes » issue du travail de traditionnelles meules de pierre.

Xavier Alix


Altitude : de 598 m à 773 m, bourg à 650 m
Gentilé : Gimoniods
Intercommunalité : communauté de communes Forez en Lyonnais.
Population : 283 habitants (chiffre officiel Insee 2011).
Surface : 336 ha
Patrimoine : l’église est certes récente (1867) mais ne manque pas de charme avec sa grotte à rocailles et un extérieur doté d’un porche en auvent et beau clocher élevé dans l’angle sud-ouest en raison du terrain.
Insolite : la commune était celle de résidence de Dominique Rocheteau à son époque de joueur chez les Verts.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide