Fermer la publicité

La Fonderie Rey récolte les fruits de sa politique

Loire le 09 janvier 2015 - Aline VINCENT - Industrie - article lu 476 fois

La Fonderie Rey récolte les fruits de sa politique

En 2014, la Fonderie Rey (Commelle-Vernay) a enregistré une nouvelle progression de son chiffre d'affaires de 5 %. Les investissements ont toujours fait partie de la politique de l'entreprise familiale.

La Fonderie Rey reste, avec une autre dans la Loire (Saint-Etienne), l'une des dernières spécialisée dans la fonte de la région Rhône-Alpes. En 2014, malgré un carnet de commandes en dents de scies comme l'avoue Jean-Michel, Rey, co-dirigeant  avec son frère Franck, la société de 20 salariés a affiché un chiffre d'affaires en progression de 5 % (3,1 M€ ).

La stratégie d'investissements a toujours fait partie de l'ADN de l'entreprise familiale créée en 1960 par leur père. Aux débuts de la crise, ils injectaient ambitieusement une enveloppe représentant 25 % du CA. Le montant amorti en 5 ans  a permis à l'entreprise de se doter de moyens de production à la pointe de la technologie, plus productifs et moins consommateurs d'énergies. Alors que d'autres fonderies fermaient, ils ont récupéré une partie de leur clientèle. La Fonderie se voit aussi confier des petites et moyennes séries parties en Chine depuis des années. « Nous retrouvons des pièces parties en Chine du temps des ARCT (aujourd'hui Riether). Nous devons cette relocalisation aux prix de la Chine qui augmentent, à la qualité qui n'est pas toujours là et enfin, au besoin de délais courts de nos clients qui travaillent à flux tendu sur des moyennes séries.»

Enfin, toujours soucieux de répondre au marché, les dirigeants ont créé il y a un peu plus d'un an un bureau d'études. « On a constaté chez nos clients un turnover de plus en plus fréquent des acheteurs avec une baisse de compétences pour établir les cahier des charges. Bien que pur sous-traitants de machines-outils, nous avons décidé de répondre à leurs attentes le plus amont possible.» La clientèle est restée fidèle. Elle se répartit sur toute la France, même si 60 % est concentrée en Rhône-Alpes. 95 % des pièces partent à l'étranger. La Fonderie n'exporte en directe que 5 % de ses volumes. « Les secteurs qui marchent aujourd'hui sont l'agroalimentaire, le textile, l'agriculture, l'emballage...»

 

Aline Vincent



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide