Fermer la publicité

Pays roussillonnais : la culture pour tous

Isère le 25 août 2015 - Lawrence Krouwel - Isère rhodanienne - article lu 44 fois

Pays roussillonnais : la culture pour tous
DR - Le Pays roussillonnais et au-delà de ses frontières bénéficie du projet du parcours d'éducation artistique et culturelle

Travail et culture (TEC) permet aux enfants et adolescents d'avoir accès à la culture, soit par le biais d'une confrontation directe avec les œuvres ou les spectacles, soit par le biais d'une pratique artistique encadrée par un artiste professionnel.

Jumelage, parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC) et bientôt plan local d’éducation artistique (PLEA) traduisent une dynamique de l’éducation artistique sur le territoire.

Le PEAC représente près de 80 000 € de budget et bénéficie à 2 436 enfants et adultes. 23 écoles dont deux instituts médico-éducatifs, 88 classes, centres de loisirs, un conservatoire, une médiathèque et un centre d’accueil des demandeurs d’asile bénéficient de ce projet d’éducation artistique et culturelle. Au total, 23 projets musique et théâtre, 29 d’art contemporain, 26 de danse, 6 de cinéma et image et un de lecture publique ont été réalisés dans le cadre du PEAC. Ce qui représente plus d’un millier d’heures d’interventions artistiques pour 9 501 petits spectateurs sur la saison TEC, une exception à l’échelle du territoire national.

Et si cette exception est possible, c’est grâce au soutien financier de la DRAC Rhône-Alpes, de la région Rhône-Alpes via Rhône Pluriel, du conseil départemental de l’Isère et de la communauté de communes du Pays roussillonnais (CCPR). Mais c’est aussi grâce à l’implication et l’engagement des enseignants, des animateurs et des structures culturelles locales. Ils ont mis en œuvre deux projets emblématiques que sont les résidences de Stracho Temelkovski  au collège Frédéric-Mistral de Saint-Maurice l’Exil et au conservatoire de la CCPR ainsi que celle de la compagnie Cœur d’Art et Co au sein de l’école élémentaire Joliot-Curie de Salaise-sur-Sanne.
 

Lawrence Krouwel

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide