Fermer la publicité

L'union forezienne pour protéger les rivières

Loire le 07 avril 2015 - Louis Thubert - Collectivités locales - article lu 83 fois

L'union forezienne pour protéger les rivières
Louis Thubert - Signé le 31 mars, le contrat vise à préserver la qualité de l'eau, les milieux aquatiques et prévenir les inondations

Loire Forez et Pays de Saint-Bonnet-le-Chateau ont signé le 31 mars un contrat de rivière qui concerne le Bonson, la Mare et tout un bassin versant de petits ruisseaux et cours d'eau. En jeu : la qualité de l'eau. Plusieurs millions d'euros doivent l'assurer.

« Une véritable ressource, dont il est absolument impératif que nous nous occupions afin de la préserver, d'avoir une eau de qualité ». C'est par ces mots qu'Alain Berthéas, président de l'agglomération Loire-Forez explique la nécessité de la signature d'un contrat de rivière entre son intercommunalité et celle du Pays de Saint-Bonnet-Le-Château. Avec, comme « marraines fées » penchées favorablement autour du berceau du projet, la Région, le conseil général et l'Agence de l'eau Loire Bretagne (AELB). Le Scot Sud Loire, le Syndicat mixte d'irrigation et de mise en valeur du Forez, la Commission locale de l'eau, le Sypem, Syndicat mixte des Pays du Forez et les syndicats des différents cours d'eau sont aussi impliqués, à des échelles diverses, dans le contrat.

Une fois le constat de l'importance de la protection de l'eau fait, quelles actions, quelle stratégie vont venir appuyer le contrat ? Dans un document de présentation, Loire-Forez parle « d'atteindre et de conserver le bon état écologique des cours d'eau. Cela passe par la lutte contre les pesticides ». Sur le terrain, par l'incitation pour les communes d'adopter la charte « Objectif zéro pesticides dans nos villes et villages ». Des points de mesure des débits vont aussi être installés. En tout, 36 M€ sont débloqués, pour un dossier remontant au début des années 2000, si l'on prend en compte les premières études entreprises - le comité de rivière, étape indispensable sur la voie du contrat, s'est constitué le 18 septembre 2014.

L'AELB, représentée lors de la signature du contrat par Christiane Menjeaud, participe à hauteur de plus de 6 M€ au contrat, suivi par Rhône Alpes (1,85 M €) et le conseil général (610 625 €). La question de l'eau est criante : « pour le Bonson, à certains endroits, il n'y a quasiment plus d'eau à l'étiage. Où passe-t-elle ? » s'est alarmé Iwan Mayet, président  du Pays de Saint Bonnet. « Ce contrat n'est pas une finalité, c'est le commencement d'autre chose. Une prise de conscience qu'il faut agir », a-t-il ajouté.

Louis Thubert

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide