Fermer la publicité

La chronique de Jacques Plaine : Les clous de la croix, de Nikos Nikolaïdis

le 07 novembre 2015 - Jacques Plaine - Livres - article lu 67 fois

La chronique de Jacques Plaine : Les clous de la croix, de Nikos Nikolaïdis

Ami et traducteur du grand écrivain albanais Ismaïl Kadaré, Alexandre Zotos - retraité de l'Université Jean Monnet - traduit aussi le grec moderne. En collaboration avec Marie Grékos, il publie aujourd'hui l'édition française d'un roman de Nikos Nikolaïdis. Un auteur culte de la littérature chypriote-grecque mais aussi un cinéaste cinq fois primé au festival international de Thessalonique.

A la mort de sa femme un pauvre paysan qui venait aussi de perdre sa vache n’eut d’autre solution que de confier son gamin, le jeune Kassianos, au pope du village. Avec une mission bien définie : faire le tour des boutiquiers et maîtres de maison du pays et les prier, voire les supplier, d’embaucher ce jeune orphelin pour le bien de leur âme.

« Si tu as la main adroite, fait-toi artisan ; si tu as l’œil assez vif, mets-toi dans le commerce. Cela dit, il y a du bon, aussi, à entrer chez les moines », lui avait dit son père. Après le boulanger, le bistrot, un colporteur, un mercier et quelques particuliers, le jeune Kassianos atterrira donc, non pas chez les moines, mais chez l’épicier du coin… et y restera.

Il y restera même dix ans. Dix années - et quelques-unes en plus d’ailleurs - d’une vie de chien. Moqué, bousculé, harcelé, rudoyé, le gamin apprendra le métier à la dure et sera fin prêt pour devenir son propre patron. Ayant fait bon usage de toutes les filouteries, friponneries, tromperies, turpitudes et autres arnaques dont il avait été témoin, il fera de son estanco sans fenêtre, aux odeurs d’épices et de bazar, le haut lieu commercial du quartier. Solitaire, hanté par la peur du manque et du vide, critiqué par les uns,vilipendé par les autres, détesté par tous, il deviendra, ses arrières assurés, un prince de la carambouille : trocs, avances, prêts, usure, boursicotage. Dans le cochon tout est bon.

Encore plus abhorré, toujours aussi solitaire, il prendra un chat : Cléopâtre, un chien : Vendredi, un chardonneret : Haralambis. Un jour enfin, Strangas - son ami clown - lui rappellera que « Dieu a inventé la femme pour qu’elle lui tienne compagnie » précisant même que « c’est écrit dans la Bible ». Mais si la vie jusque là lui avait réservé bien des misères, le pire était encore à venir.

Jacques Plaine

Les clous de la croix, Nikos Nikolaïdis, traduction française d’Alexandre Zotos, Desmos, 19 €.

Vendredi 6 novembre à 18 h et au campus Tréfilerie Bâtiment M, enregistrement public sur RCF de l’émission « A plus d’un titre » avec Alexandre Zotos. Avant l’émission, même lieu, enregistrement public d’une « Carte Blanche » avec Pierrette Estingoy et Michèle Delorme pour le récit illustré sur les psychoses émergentes L’éclipse d’un ange.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide