Fermer la publicité

La chronique de Jacques Plaine : Le cri de l'oiseau de pluie

le 22 mai 2015 - Jacques Plaine - Livres - article lu 118 fois

La chronique de Jacques Plaine : Le cri de l'oiseau de pluie

« On vient juste de retrouver trois sacs de courrier perdus dans un accident de chemin de fer il y a dix-neuf ans de ça, explique le vieil homme. Ceux des deux villes voisines ont déjà été distribués. Ça sera bientôt notre tour. » Une drôle d'histoire dans cette bourgade anonyme du Pakistan des années 1980.

Une bourgade aux prises avec un autre événement encore plus dramatique : le juge Anwar vient d’être assassiné. Un coup de fusil en pleine tête. Le commissaire divisionnaire Azhar qui habite à deux rues de là et qui de plus est un ami du juge, mène l’enquête. On dit qu’à la nuit tombée - la communauté musulmane en aurait la preuve - une femme ferait visite au commissaire et que cette femme ne serait pas une domestique. On murmure même qu’elle serait chrétienne.

Territoire compliqué par sa géographie, le Pakistan l’est tout autant en raison des traces laissées par les gigantesques déplacements de populations des années 1947-50. Aujourd’hui à l’heure où le général Zia s’efforce d’instaurer un « Etat islamique » dans le pays et où deux mosquées concurrentes s’affrontent dans le village, l’assassinat d’un juge au passé douteux et l’histoire rocambolesque d’un courrier perdu et retrouvé dix neuf ans plus tard donnent à tous ceux que la touffeur moite de la mousson rend fébriles l’occasion d’en découdre. Et à Nadeem Aslam de nous faire entendre sa petite musique si personnelle.

« L’un des premiers romans les plus impressionnants qu’il m’a été donné de lire », écrit Salman Rushdie qui s’y connaît en parfums sataniques. Nadeem Aslam, né au Pakistan en 1966, a quatorze ans lorsque sa famille fuit le régime du général Zia (le revoilà !) et s’installe en Angleterre. Après des études à l’Université de Manchester, il se consacre à l’écriture. Quatre romans, quatre succès aux éditions du Seuil, quatre traductions de Claude et Jean Demanuelli. Des « écrivains de l’ombre » comme ils se définissent. Des écrivains à part entière pourtant, qui ont fait découvrir aux lecteurs français plus de soixante chefs-d’œuvre et qui peuvent s’enorgueillir d’avoir obtenu avec le Prix Rhône Alpes du Livre 2007 et le Prix Baudelaire 2010 la reconnaissance éclatante de leurs pairs.

Jacques Plaine

NOTES: Le cri de l'oiseau de pluie, Nadeem Aslam, Seuil, 21 €.

Vendredi 22 mai à 18 h et au Campus Tréfilerie bâtiment M, enregistrement public sur RCF de l’émission « A plus d’un titre » avec Claude et Jean Demanuelli traducteurs du livre de Nadeem Aslam « Le cri de l’oiseau de pluie ». Avant l’émission, à 17 h 15 enregistrement public d’une « Carte Blanche avec Gérard Manet, maire de Tartaras, pour son recueil de nouvelles Vagabondages stéphanois.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide