Fermer la publicité

La chronique de Jacques Plaine : L'été contraire, d'Yves Bichet

le 27 octobre 2015 - Jacques Plaine - Livres - article lu 64 fois

La chronique de Jacques Plaine : L'été contraire, d'Yves Bichet

C'est l'histoire d'une canicule. Une canicule comme celle où un ministre perdit son statut - et la face - à cause d'une émission enregistrée en short et chemise à fleurs, incitant ses successeurs à se précipiter en costume-cravate et avec une tête à faire cailler le lait (c'est une expression de par ici) au chevet de tout citoyen tombant en syncope.

Sur les bords de la Volane, à deux pas des machines à sous du casino de Vals-les-Bains, Yves Bichet nous offre « Sa canicule » entre les murs de l’Ehpad du Bosc. Amateur des Bibi Fricotin et des Pieds Nickelés de notre enfance, il y décrit avec joyeuseté et gourmandise les aventures picaresques de cinq dérangés du cabanon. Des fêlés - mais ne dit-on pas  « bien heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière » - qui ont largement passé l’âge des barboteuses et seraient parfaits dans un « Club des cinq chez les seniors ».

Les trois mousquetaires étaient quatre, ces cinq-là sont six… même si le sixième restera à quai le jour du grand départ (tout en participant financièrement aux facéties de ses compères voyageurs). Ce faux frère et néanmoins ami, a nom Baron Jean-Denis de la Croix Duval. Riche de titres et d’un manoir du XVIIIe, il est observé du coin de l’œil par ses neveux - héritiers potentiels - qui attendent avec impatience l’embolie programmée.

Les cinq autres ont l’âme en fuite et s’apprêtent à prendre les jambes à leur cou en véhicule tous terrains (j’espère que vous voyez ce que je veux dire)  pour un Tour de France de la canicule. Tête de gondole de cette équipée sauvage, le sieur Barbanson, Clovis pour les intimes parce qu’il a cassé un vase le jour de son arrivée, une dent en or sur le devant et un Famas commando sous l’oreiller. Derrière lui - dans sa chaise roulante (because un accident vasculaire dû à un excès de péchés de chair commis avec sa femme de ménage) - Vignaud, banquier par profession, diacre par contrition avance à quatre roues. Contre, tout contre ces deux dépendeurs d’andouilles, Gigi Louvain, une semi demeurée aux gros seins, surnommée Lolo « parce que tout le monde les tète». Enfin Clémence Portalier, infirmière diplômée, virée de la maison de retraite pour connivence avec ses patients et inséparable de Douss Blida le benjamin de l’équipe, prince sénégalais et roi de la ventouse depuis que, grâce à l’une d’elle, un toubib l’extirpa du ventre de sa mère en lui faisant une tête de chameau.

« Après la pluie, le beau temps » dit la Rostopchine, mais faut pas trop que ça dure commente la météo.

Jacques Plaine

L’été contraire, Yves Bichet, Mercure de France, 17 €.

Vendredi 30 octobre à 18 h et à la librairie de Paris, enregistrement public sur RCF de l’émission « A plus d’un titre » avec Yves Bichet. A 16 h 30, même lieu, rencontre avec Yves Bichet.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide