Fermer la publicité

La chronique de Jacques Plaine : Gino le Juste, de Jean-Paul Vespini

le 10 mars 2015 - Jacques Plaine - Livres - article lu 335 fois

La chronique de Jacques Plaine : Gino le Juste, de Jean-Paul Vespini

Gino Bartali, champion parmi les champions, vainqueur de deux Tours de France et de trois Tours d'Italie, de quatre Milan-San Remo, trois Tours de Lombardie et de quatre Championnats d'Italie, est aussi un Juste. Un Juste parmi les Justes qui a sauvé 800 Juifs pendant la dernière guerre mondiale.

Jean-Paul Vespini, auteur de plus de vingt livres sur le cyclisme, raconte cette incroyable aventure. Une histoire que Gino Bartali, par discrétion, par modestie, par pudeur et parce qu’il estimait n’avoir fait que son devoir, n’avait pas cru bon d’étaler sur la place publique. Pour cet ouvrage, Jean-Paul Vespini vient de se voir attribuer le Prix « Les Soleils de Nucéra ». Seul Prix littéraire remis sur un podium cycliste, celui de Paris-Nice à l’arrivée de la Croix de Chaubouret ce jeudi 12 mars.

Qui s’intéresse un peu au cyclisme connaît le superbe palmarès de Bartali, ses victoires dans les Tours de France et d’Italie avant et après la guerre, sa légendaire rivalité avec Fausto Coppi - le Toscan contre le Piémontais, le fils de paysan contre le fils d’ouvrier, le fervent catholique contre le cartésien pour ne pas dire le communiste - mais bien peu connaissent l’inconditionnel engagement de l’homme dans la résistance et ses démêlés avec une Italie chauffée à blanc par les fanfaronnades de Mussolini, son soutien encombrant à l’Allemagne nazie et son retour pathétique à Salo.

Tous ignorent ses longues sorties « soi-disant d’entraînement » au cours desquelles il faisait parvenir - dissimulés dans le tube de selle de son vélo - les faux papiers indispensables aux juifs qui désiraient prendre quelques distances avec le régime, sans parler de son incroyable coup de bluff pour sauver 49 soldats anglais coincés sous le feu des Allemands et auxquels il a fait retrouver le chemin de la liberté.

Jean-Paul Vespini décrit en historien amusé ces années noires de l’Italie fasciste où perce en filigrane la volonté forcenée du Duce de récupérer à son profit l’extraordinaire popularité d’un champion hors normes, d’en faire un «porte-drapeau du sport fasciste » même si ce « Campionissimo » traîne les pieds, refuse tout compromis, dédaigne la chemise noire et s’abstient du salut romain.
 

Jacques Plaine

Gino le Juste, Bartali, une autre histoire de l’ItalieJean-Paul Vespini, Le pas d’oiseau, 18 €.

« A plus d’un titre »

Vendredi 13 mars, à 18 h et au Musée d’Art et d’industrie, enregistrement public sur RCF de l’émission « A plus d’un titre » avec Jean-Paul Vespini Prix Les Soleils de Nucéra 2015. Avant l’émission, même lieu et à 17 h 15 enregistrement d’une « Carte Blanche » avec le Comité de la Loire de Cyclisme.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide