Fermer la publicité

La chronique de Jacques Plaine : Clémence et Clara, de Jacqueline Lefort

le 08 mai 2015 - Jacques Plaine - Livres - article lu 176 fois

La chronique de Jacques Plaine : Clémence et Clara, de Jacqueline Lefort

Sur les hauteurs du Puy-en-Velay, le commandant Brunel et son équipe sont confrontés à une vague d'incivilités sans précédent. Délinquants en barboteuse, petits voyous ou grands truands ? Allez savoir. Sauf que deux squelettes sont déjà chez le légiste. De quoi faire transpirer le divisionnaire Di Marco qui n'aime pas les vagues.

Un banal roman policier avec ses bons et ses mauvais bougres, ses chasseurs et ses chassés ? Pas du tout. Un hymne à la vie, un roman plein de rebondissements où des personnages frappés par un destin contrarié essayent de sortir du trou.

C’est chez les Larcher, un jeune couple sans histoire, que tout commence. Lui est cardiologue à l’hôpital Emile-Roux, elle, cadre supérieure dans une chaîne d’hôtels internationale. Une seconde d’inattention, un mauvais réflexe et Enzo, leur petit garçon, se fait ramasser par un chauffard. Tué sur le coup. Une vie en l’air. Une famille détruite. Un bonheur saccagé. Stéphane Larcher prend ses distances et le large. Une opportunité se présente à Montpellier, il accepte. Clémence seule dans la grande maison, écrasée de chagrin, passe ses nuits à pleurer, ses journées au cimetière. C’est entre deux tombes qu’elle rencontre le commandant Brunel. Gilles Brunel. Un grand flic dont le fils vient aussi de perdre la vie dans un accident de voiture.

Entre une planque dans le quartier Saint-Vincent, un rendez-vous chez le juge Saunier - un drôle de corps entre parenthèses que ce juge Saunier - et une confrontation au commissariat entouré de sa garde rapprochée - qu’il adore et qui l’adore - il essaie d’entourer d’attention et d’amour sa petite Clara dont il est le père, la mère et le grand frère.

Victimes du même mal, vivant la même épreuve, Clémence Larcher et Gilles Brunel auraient pu s’aider, s’épauler, se soutenir, partager leur chagrin. Eh bien non. Clémence n’est pas partageuse. Même de souffrance. La mort de son fils n’est pas un accident mais un meurtre. Il lui faut punir l’assassin, trouver un coupable à son malheur. Heureusement il y a Clara. Clara l’innocente au sourire bienfaisant. Clara, qu’entre tous ces cagoulés à décagouler, ces détraqués à traquer, cette hiérarchie insupportable à supporter, son père a bien du mal à paterner.

Jacques Plaine

Clémence et Clara, de Jacqueline Lefort, Editions Jeanne d’Arc, 19 €.

 

A plus d’un titre

Vendredi 15 mai à 18 h et au campus Tréfilerie bâtiment M, enregistrement public sur RCF de l’émission A plus d’un titre avec Jacqueline Lefort. Avant l’émission, même lieu et à 17 h 15 enregistrement public d’une « Carte Blanche » avec Christian Soleil pour son livre Le Corbusier : l’idée et la matière (de la Chaux-de-Fonds à Firminy), Edilivre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide