Fermer la publicité

La chronique de Jacques Plaine #9 : Le vent souffle où il veut

Loire le 03 décembre 2014 - La Rédaction - Culture - article lu 516 fois

La chronique de Jacques Plaine #9 : Le vent souffle où il veut
Le vent souffle où il veut

Aux champs, à l'usine, dans les magasins et les bureaux, à la maison aussi, les femmes ont fait face et assuré le quotidien.

Disons même qu’elles ont pris le pouvoir.

Quand ils sont revenus, la tête saccagée par l’horreur dont ils ont été les témoins, parfois même les artisans - et après la joie fugace des retrouvailles - la vie n’a pu reprendre comme avant. Des femmes dociles, résignées, ont fait le dos rond et sont retournées aux fourneaux. D’autres plus rebelles n’ont baissé ni la tête ni les bras, convaincues qu’après avoir humé l’odeur du grand large, l’indépendance et la liberté étaient à leur portée. Sûres qu’une page s’était tournée et l’heure d’en profiter arrivée. Jeanne-Marie Sauvage-Avit qui avait dégainé avec Le Printemps des femmes - Prix Claude-Fauriel 2012 - persiste et signe aujourd’hui avec Le Vent Souffle où il veut.

En cette année 1923, revoilà Perline, fille de Clémence la maîtresse-femme du Printemps des femmes. Perline, fille de la terre et petite secrétaire aux Tissages et Filatures Fougerolles de Saint-Étienne, puis pendant la guerre, brillante remplaçante du directeur, s’était vue froidement remerciée pour que celui-ci remette les pieds dans ses pantoufles, l’armistice venu. Intelligente, ambitieuse, elle créera une maison de couture et, place Chavanelle, le premier magasin Bio. Son parcours sentimental, par contre, sera beaucoup moins linéaire. Amoureuse éperdue - amante même - d’un officier avide d’honneur, d’évasion et de grands espaces, elle refusera de le suivre comme un caniche... de garnison en garnison. Son besoin d’exister, de vivre pour et par elle-même, mais aussi de sortir par le haut d’une situation intime plus que compliquée la poussera à un marché effarant. Mais Perline n’est pas seule dans cette tourmente de l’après-guerre. Autour d’elle ses proches vont aussi se battre pour trouver leur  place dans un monde bouleversé par la guerre.

Jacques Plaine

Le vent souffle où il veut, Jeanne-Marie Sauvage-Avit, Ed. des Monts d’Auvergne, 19 €.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide