Fermer la publicité

La chimie verte se développe avec Ecoat

Isère le 07 août 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 1416 fois

La chimie verte se développe avec Ecoat
Ecoat installe son unité de production sur la plateforme chimique de Roussillon dans les anciens ateliers industriels de Solvay destinée à la conception de l'herbicide Oxadiazon (D.R.)

Après avoir audité pas moins de 12 sites à travers l’Europe, la start-up de Grasses spécialisée dans a conception de bio-polymères à hautes performances, a jeté son dévolu sur la plateforme chimique de Roussillon Osiris.

Auparavant, la PME assurait sa production à l’aide d’un réseau de sous-traitant. La forte croissance du secteur des liants de peinture inoffensifs sur la santé et l’environnement les a contraints à investir en propre dans une unité de production. « La plateforme, de par sa gestion mutualisée à travers le Groupement d’intérêt économique (GIE) Osiris, présentait de nombreux atouts : investissements initiaux plus faibles, coûts d’exploitation réduits avec un accès à l’énergie, aux utilités et à des services (maintenance, sécurité) plus compétitifs », confie Olivier Choulet, président et co-fondateur d’Ecoat. D’autant plus que les bâtiments industriels s’avèrent disponibles sur cette zone répondant aux projets des dirigeants du fait de l’arrêt de production de l’herbicide Oxadiazon par Solvay, libérant ainsi 3000 m² de locaux. Ecoat prévoit de débuter la production sur son nouveau site (dont les travaux d’aménagement commenceront dès septembre) d’ici à la fin de l’année à raison de 1000 t par an dans un premier temps avant d’atteindre son rythme de croisière à 30 000 t par an à l’horizon 2018. Fondée en 2011 à Grasse (Alpes-Maritimes), la start-up profondément ancrée dans la chimie verte, conçoit des liants pour peinture à base d’huiles végétales, recyclables à 99 %. Des produits développés en interne par une équipe de 12 chercheurs dans le cadre de projets de recherche partenariale financés par l’ANR (Agence nationale de la recherche), l’Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) ou encore la BPI (Banque Publique d’Investissement) en collaboration avec les Universités de Nice, de Lyon 1 et de l’ITECH.  Depuis sa création, elle commercialise notamment des polymères sous la marque Secoia® ainsi que des résines dépolluantes, « Clean’R. » Membre du pôle Axelera, la PME a levé, en décembre dernier, un million d’euros avec notamment l’apport de la région PACA. En 2013, Ecoat a réalisé un chiffre d’affaires de 1,5 M€ et a déjà effectué deux levées de fonds pour un montant global de 2,5 M€. Pour 2014, elle vise un CA de 2 M€ et prévoit de recruter entre 30 et 50 embauches dans les cinq prochaines années.

L.M.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide