Fermer la publicité

La Chapelle-Villars bouillonne de jeunesse

Loire le 11 décembre 2014 - Florence Barnola - Actualités - article lu 1063 fois

La Chapelle-Villars bouillonne de jeunesse
(D.R.)

« Plus de 32 % de notre population a moins de 20 ans », rapporte fièrement le maire de Jacques Berlioz qui est aussi chargé des finances à la communauté des communes du Pilat rhodanien.

« Nous sommes une des communes du département, la plus jeune en matière d’habitants. Nous sommes aussi la plus jeune dans l’histoire du département ».
En 1990, le village comptait 262 habitants, 10 ans plus tard ils étaient 333. Aujourd’hui, 630 personnes peuplent la commune. En 20 ans, la population a plus que doublé. Le Pilat rhodanien est devenu la deuxième couronne de Lyon où le coût du foncier a explosé.  « Etant liés au Programme local de l’habitat et au Scot des Rives du Rhône, nous devons respecter un quota par rapport à notre population en matière de construction. Depuis le début du PLH (qui va durer 12 ans) 5 logements ont été bâtis. Nous avons le droit à 20 logements supplémentaires sur les 6 ans à venir. » Prochainement, huit logements intermédiaires locatifs vont être construits « pour permettre à des jeunes de s’installer.»
Les origines du nom de la commune remontent au XIVe siècle. A l’époque, un certain Hugues de la Chapelle vivant à Condrieu se constitue un fief sur les hauteurs entre les paroisses de Chuyer et des Hayes. Ses descendants cèdent le bien à une famille de Condrieu, les Villars. En janvier 1584, Henri III donne à Pierre de Villars, archevêque de Vienne et à son capitaine de frère Claude, l’autorisation de fortifier leur maison… En 1932 la Chapelle devient La Chapelle-Villars en mémoire au maréchal de France de Villars qui, raconte Jacques Berlioz, « avait coutume de dire quand il quittait la cour du roi (Louis XIV) : “Sire je vais combattre les ennemis de votre majesté, je vous laisse en compagnie des miens.“ C’était un homme qui disait ce qu’il pensait ».
Aujourd’hui ce château, une propriété privée, fait l’objet avec les terres qui l’entourent d’un projet singulier pour la région qui permettra de créer 9 à 10 emplois : «  Un village équestre, c’est-à-dire, 27 maisons dédiées à des personnes voulant s’installer et pratiquer l’équitation tout en n’ayant pas nécessairement du terrain. C’est le principe de mutualisation d’infrastructures nécessaires à la pratique de l’équitation. Le concept est intéressant, il répond à une demande. » La municipalité ne finance pas ce projet mais l’accompagne « en ayant modifié notre PLU, 3 ha à bâtir ont été rendus à l ‘agriculture pour pouvoir ouvrir cet espace. » Dans le château se trouvera un hôtel restaurant «  assez haut de gamme, dédié à l’équitation ». Les permis de construire sont en cours de dépôt et devraient être acceptés d’ici la fin de l’année. « On peut imaginer que fin 2016 les choses auront bien avancées. »  
Ces dernières années, la commune s’est distinguée pour d’autres projets novateurs pour le département : « nous avons fait disparaître plus de 150 poteaux électriques pour l’assainissement du bourg. Au début des années 2000, nous avons créé la première station ligérienne par filtre plantée de roseaux. C’est très efficace et écologique. Nous allons bientôt faire une extension de cette station en doublant sa capacité. » Toujours dans les perspectives, le centre-bourg va enfin être aménagé : « aujourd’hui il n’y en a pas vraiment. Nous allons notamment faire une place devant l’église… »

Florence Barnola


Fiche d'identité :

Population : 630 habitants
Gentilé : Chapelard, Chapelarde
Superficie : 825 hectares
Altitude : en moyenne 450 m au bourg
Intercommunalité : la Pilat rhodanien
Patrimoine : La « vieille chapelle », la chapelle Sainte Marguerite où sont organisées des manifestations festives. Le château du Maréchal de Villars.
Scolarité : une école primaire



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide