Fermer la publicité

La CFTC en congrès départemental dans la Loire

Loire le 12 juin 2014 - Emilie Massard - Actualités - article lu 377 fois

La CFTC en congrès départemental dans la Loire
La CFTC compte 500 adhérents dans la Loire (D.R.)

C’est à la Maison Saint-Antoine, à Saint-Etienne, que les adhérents ligériens de la CFTC se sont réunis le vendredi 6 juin pour leur congrès départemental.

Comme tous les trois ans, le syndicat a renouvelé les membres de son conseil syndical et aura peut-être dans les jours à venir un nouveau président pour succéder à Gérard D’Angelo. En attendant l’élection du bureau, cette journée de congrès leur a donné l’occasion de revenir sur les thèmes qui les ont occupés cette année, et qui ne manqueront pas d’être dans l’actualité de ces prochains mois. « Nous avons évoqué plusieurs axes, souligne Gérard Basson, responsable du pôle juridique. L’emploi, et notamment l’emploi des jeunes, la situation dans le département avec plusieurs sujets qui nous préoccupent comme la délocalisation de la société Gitech. Les retraites, dont le système n’est pas satisfaisant pour nous, avec des disparités de traitement, mais aussi la réforme prud’homale. A ce sujet, nous sommes opposés à un tribunal unique pour tous les conflits autour du travail et souhaitons le maintien de l’élection des conseillers prud’homaux plutôt que leur désignation. Le bien-être au travail ainsi que la protection sociale sont évidemment des sujets qui nous préoccupent également. Nous restons aussi vigilants sur le pacte de responsabilité, auquel nous ne nous opposons pas mais nous restons prudents. Nous attendons notre convention nationale au mois de juillet pour mesurer les propositions qui seront faites. »
La CFTC compte 500 adhérents dans la Loire, un chiffre en légère hausse. Pour le syndicat, l’objectif est d’attirer les jeunes travailleurs, qui sont encore trop peu représentés dans leurs rangs. « Nous allons lancer une campagne à destination des jeunes, en développant des services qui vont au plus près de leurs besoins : aide juridique, bourse à l’emploi, etc. Il faut que l’on mettre à profit notre réseau pour les accompagner », conclue Gérard Basson.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide