Fermer la publicité

Le Pays roussillonnais ne veut pas du mariage avec ViennAgglo

Isère le 03 décembre 2015 - Lawrence KROUWEL - Collectivités locales - article lu 396 fois

Le Pays roussillonnais ne veut pas du mariage avec ViennAgglo
Lawrence Krouwel - La CCPR dit non à ViennAgglo mais souhaite se rapprocher du territoire de Beaurepaire

Les élus se sont prononcés contre l'orientation de fusion de la communauté de communes du Pays roussillonnais (CCPR) avec la communauté d'agglomération théoriquement théoriquement issue de la fusion de ViennAgglo et de la communauté de communes de la région de Condrieu.

A deux reprises déjà, les élus du Pays roussillonnais s’étaient prononcés contre la fusion de la CCPR avec ViennAgglo. Mercredi 25 novembre, ils ont de nouveau dit non au mariage. Un mariage que souhaite le préfet de l’Isère et notifié dans un courrier le 5 octobre dernier. Une fusion « souhaitée » à court terme car appelée à entrer en vigueur dès le 1er janvier 2017. A noter que la communauté de communes de la région de Condrieu fait carrément l’objet d’une prescription de fusion avec ViennAgglo. Sauf que la préfecture du Rhône ne donne, elle, qu'une... recommandation !

« Ce projet  regrouperait donc trois EPCI. La CCPR, 50 000 habitants, est fondée sur un périmètre géographique pertinent qui compte parmi les intercommunalités du département exerçant le plus de compétences. La fusion proposée avec ViennAgglo n’apporterait pas d’atouts complémentaires en termes de développement économique ou d’aménagement », estime Francis Charvet, président de la CCPR. Et de poursuivre en expliquant que cette fusion n’est pas conforme aux dispositions du schéma de cohérence territorial (Scot) des Rives du Rhône. « Le Scot devra bien préciser les liens de complémentarité actuels ou en devenir entre Roussillon et Saint-Rambert-d’Albon, que des orientations spatialisées permettraient notamment d’assurer une cohérence des projets urbains des différentes communes de cette agglomération », précise le président.

Ce constat partagé témoigne que l’essentiel du développement démographique et économique du Pays roussillonnais se déroule sur la partie sud de son territoire, au contact direct du nord Drôme mais aussi du bassin annonéen et du territoire de Beaurepaire. « La création d’un EPCI de 140 000 habitants regroupant la CCPR, ViennAgglo et région de Condrieu ne pourrait que fragiliser la dynamique de coopération menée avec l’ensemble des territoires voisins de la CCPR du fait des déséquilibres qu’elle générerait au sein de cet espace de vie du Scot, position partagée par la communauté de Condrieu », affirme Francis Charvet.

La CCPR souhaiterait se rapprocher de Beaurepaire

Le bureau exprime par ailleurs des interrogations sur la prescription de fusion de la communauté de communes du territoire de Beaurepaire (CCTB) avec la communauté de communes issue de la fusion Bièvre Isère et région saint-jeannaise. « Nous souhaitons en premier lieu que la CCTB puisse librement décider de son avenir et donnons notre accord pour un rapprochement avec ce territoire. La synthèse de l’étude comparative sur l’évolution constate qu’une fusion avec Beaurepaire serait cohérente au regard des caractéristiques des deux territoires », conclut le président Charvet.

Lawrence Krouwel
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide