Fermer la publicité

Saint-Etienne : L'université Jean-Monnet en mutation

Loire le 20 septembre 2015 - Mathieu Ozanam - Société - article lu 2115 fois

Saint-Etienne : L'université Jean-Monnet en mutation

L'année universitaire qui s'ouvre sera celle des grands changements avec un ou une nouveau président(e) et la négociation du prochain contrat quinquennal 2016-2020 avec le ministère de l'Enseignement supérieur. Il faut y ajouter les grands travaux prévus dans le contrat de plan Etat-Région.

Des effectifs en hausse et des dotations qui devraient, au mieux, stagner en 2016. C’est l’équation à laquelle l’université Jean-Monnet se prépare à l’instar de nombreuses autres universités. En l’espace de 10 ans le nombre d’étudiants inscrits, toutes filières confondues, ont progressé de 10 %. Depuis l’année universitaire 2008-2009, celle de la remontée des inscriptions qui avaient connu plusieurs saisons en baisse, elles sont passés de 13 757 à 20 000, anticipe l’administratrice provisoire Michèle Cottier (lire encadré ci-dessous). Une augmentation qui profite en priorité à la faculté des sciences et techniques.

Si le budget 2016 est en préparation, le montant des dotations d’Etat aux universités et écoles ne devrait être connu qu’au mois de décembre. En 2015 l’université Jean-Monnet a disposé d’un budget de 130 M€, affecté pour 100 M€ à la masse salariale. Les projets ne manquent pourtant pas. L’UJM prépare son prochain contrat quinquennal 2016-2020, « un projet fortement connecté avec la COMUE », souligne Michèle Cottier. Il doit recevoir la validation du ministère de l’Enseignement supérieur au printemps 2016.
Le nouveau contrat veut accentuer la stratégie développée par l’ancien président Khaled Bouabdallah en l’appuyant sur « l’excellence et la pluridisciplinarité ». Trois axes doivent structurer le développement de l’université ligérienne au cours des 5 années qui viennent : les thèmes des « Surfaces interfaces optiques » celui baptisé « Santé, sport, ingénierie » et enfin des « Humanités, mutations territoires ». Chacun fait appel à plusieurs départements de l’université.

Plus de 37 M€ de travaux

Le nouveau contrat de plan Etat-Région (CPER) consacre d’importants investissements pour l’enseignement supérieur. Le réaménagement du campus Tréfilerie représente 21 M€, pris en charge pour 10 M€ par la Région et 4 M€ par l’Etat. « Le site de Tréfilerie reste le moins évolué aujourd’hui, expose Michèle Cottier. Il mérite d’être repensé. » Parmi les réaménagements envisagés, la direction de l’université souhaiterait que la rue Tréfilerie qui traverse le site soit déclassée. Autrement dit : fermée à la circulation automobile. Les travaux auront lieu en site occupé, les étudiants poursuivant l’occupation des locaux pendant le chantier de reconstruction. Après l’établissement d’un premier cahier des charges, les études de faisabilité et une réévaluation en fonction des budgets définitivement alloués, les premiers travaux pourraient être engagés à l’horizon 2017.

Toujours dans le CPER, une deuxième tranche du « centre des savoirs et de l’innovation » est prévue. Un projet à 16 M€ qui verra le regroupement sur le site stéphanois de Carnot de « tout ou partie des formations et de la recherche en Sciences et Techniques (chimie, mathématiques, laboratoires Ingénierie des matériaux polymères et de l’Institut Camille Jordan). » À Roanne, les formations seront regroupées sur le campus universitaire Pierre Mendès-France, un projet à 4 M€.

Mathieu Ozanam

Une future présidente pour l’université ?

Michèle Cottier assure l’intérim à la tête de l’université Jean-Monnet (UJM) depuis le mois de juillet. Son président Khaled Bouabdallah, ayant été élu en juillet président de la COMUE Lyon (Communauté d’université et d’établissements), avait présenté sa démission.
Professeure des universités, praticien hospitalier, Michèle Cottier dirige le LINA (Laboratoire interdisciplinaire d’études des nanoparticules aérosolisées) et est chef du service d’histologie du CHU de Saint-Etienne, en charge de la cytopathologie et de la biologie de la reproduction.
Elle est actuellement la seule à avoir fait acte de candidature pour la présidence de l’UJM. L’élection aura lieu le 16 novembre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide