Fermer la publicité

L’Iram développe son offre de formations continues à Saint-Etienne

Loire le 18 juin 2014 - Mathieu Ozanam - Actualités - article lu 165 fois

Au départ les rôles étaient clairement définis dans l’International Rhône-Alpes Médias (Iram).

Les universités Jean-Monnet de Saint-Etienne et Lyon II sont chargées de la formation initiale avec deux nouveaux Masters (Nouvelles pratiques du journalisme ; Information Communication et Numérique). De son côté la Wan-Ifra (association mondiale des éditeurs de presse) s’occupe de la formation continue. Mais en mars 2013 l’organisme annonce son retrait du projet stéphanois, trois mois après s’être installé dans le bâtiment de l’Imprimerie.

L’Iram, qui perdure, a repris ce volet de formation continue en proposant un catalogue de 11 modules. De la e-reputation politique au web éditorial, de la lutte contre « l’infobésité » au « smart work » (l’art de travailler ensemble et à distance). « Depuis 4-5 ans il y a une nouvelle production d’outils très efficaces, mais on n’a pas le temps de bien les maîtriser, explique Jean Pouly, professeur associé à l’université Jean-Monnet et directeur du développement de l’Iram. A Paris il y a des formations aux outils tandis que nous privilégions les usages, avec de la méthodologie pour mieux utiliser les outils existants. »

Bientôt des Mooc ?

Le public visé est d’abord celui des grandes entreprises. Le Crédit agricole, le CHU de Saint-Etienne, des laboratoires pharmaceutiques ont manifesté leur intérêt pour les premières sessions qui vont se tenir à la fin du mois de juin et début juillet. Un début qu’il faut concrétiser en entreprenant de rencontrer les DRH et les responsables de formations, « des prescripteurs », afin de présenter le catalogue de l’Iram et les inscrire dans des plans de formations à l’horizon 2015.

L’Iram mène également une réflexion sur les Mooc, ces cours mis en ligne qui peuvent être suivis gratuitement, seule la certification validant le niveau acquis par la personne formée étant payante. L’approche pourrait être expérimentée pour le Master Info-Com hébergé à l’Iram. Les savoirs fondamentaux seraient diffusés à distance tandis que des cours classiques seraient dispensés dans ses locaux pour favoriser les échanges inter-personnels. Le deuxième volume de cette démarche Mooc conduirait à aider les enseignants eux-mêmes qui souhaiteraient créer des cours en ligne.

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide