Fermer la publicité

L’hôpital désormais doté d’une hélisurface

Loire le 02 août 2014 - Aline Vincent - Agglomération stéphanoise - article lu 1307 fois

L’hôpital désormais doté d’une hélisurface
La plateforme a été équipée d'un dispositif chauffant pour limiter les contraintes liées au gel (D.R.)

Le 7 juillet dernier, un hélicoptère du SMUR de Saint-Etienne se posait sur la toute nouvelle hélisurface du centre hospitalier de Roanne pour y amener un patient.

Le mardi 17 juillet, un second appareil venait prendre en charge un patient pour le transporter au CHU de Saint-Etienne.  
Ce nouvel équipement conçu sur le toit de l’hôpital, au dessus du bâtiment Ranvier et à l’aplomb du service des urgences, apporte un bénéfice significatif en termes de délais de prise en charge des patients nécessitant une intervention en urgence. Jusqu’ici, c’est l’hélisurface du service départemental d’incendie et de secours (Sdis) qui était utilisée. Le patient était ensuite évacué en direction du centre hospitalier par la route, grâce à une équipe d’intervention et d’un véhicule du Smur.
Aujourd’hui, l’hélisurface hospitalier est accessible grâce à un ascenseur qui lui est exclusivement réservé. En pratique, le temps de préparation d’un patient pour évacuation au départ du centre hospitalier de Roanne, avant décollage, passe de 45 à 15 min, sachant qu’ensuite, la durée de vol en hélicoptère entre Roanne et le CHU de Saint-Etienne est d’une vingtaine de minutes. Cette nouvelle plateforme apporte donc un gain de temps précieux, voire dans certains cas, vital, pour l’acheminement des patients au départ comme à destination de l’hôpital. Une procédure spécifique a été mise en place au sein de l’établissement pour lui permettre d’être en mesure d’assurer potentiellement des atterrissages 24 h/24, sous réserve bien entendu de conditions météorologiques compatibles avec les conditions de vol.
Par ailleurs, la plateforme a été équipée d’un dispositif chauffant pour limiter les contraintes liées au gel. Les principales pathologies concernées sont la cardiologie intensive, la réanimation adulte ou néonatale. L’équipement a nécessité l’obtention de l’autorisation de la direction de l’aviation civile. Quant à l’investissement qu’il a mobilisé, « il fait partie du budget global de reconstruction de l’établissement dans le cadre  du plan « Hôpital 2007 », répondent les services de la direction…

Aline Vincent



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide