Fermer la publicité

Plan État-Région : l'enseignement supérieur en haut du tableau

Loire le 06 mars 2015 - Daniel Brignon - Collectivités locales - article lu 449 fois

Plan État-Région : l'enseignement supérieur en haut du tableau
DR - Le campus Tréfilerie de l'université réaménage pour 21 MEUR

Le contrat de plan État-Région 2015-2020 pour la région Rhône-Alpes sera soumis à l'assemblée régionale ce vendredi 6 mars. Ce contrat d'engagement de l'État et de la Région porte sur une programmation d'investissements pluriannuels pour un montant de 4,5 Md€.

Le précédent CPER sur la période 2007-2013 portait sur un engagement de 883 M€ de l’État et 1,4 Md€ de la Région. Le nouveau CPER à approuver pour la période 2015-2020 porte sur un engagement d’1 Md€ de chacun des deux contributeurs, qui aux côtés des autres partenaires publics et privés devraient engendrer un investissement de 4,5 Md€.
La mobilité multimodale avec un axe lourd, le ferroviaire, concentre la plus grosse part des apport des deux partenaires, pratiquement la moitié : 815 M€. Ils concernent la modernisation du noeud ferroviaire de Lyon, des modernisations et régénérations de lignes, l’accessibilité, mais aussi des études et acquisitions foncières sur les grands projets : Lyon-Turin et CFAL (Contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise). Le projet de Pocl (LGV Paris-Orléans-Clermont-Ferrand) n’est pas oublié en termes d’études auxquelles sont attribués 6 M€.
L’enseignement supérieur et la recherche constituent un deuxième pan majeur des investissements croisés, un secteur qui représente 360 M€ d’investissements envisagés.
On trouve ensuite le soutien à l’innovation et aux filières d’avenir, une contribution à la réalisation d’infrastructures de très haut débit et un engagement dans la transition écologique et énergétique, mobilisant pas moins de 267,4 M€ de l’État et la Région. Enfin la culture émarge aussi au programme avec un engagement de 18,2 M€ de l’État et 25,5 M€ de la Région au service de la rénovation et la construction d’équipements, l’aménagement culturel du territoire et du patrimoine.

La Loire concernée par 176,5 M€ d’investissements

La Loire est plutôt bien dotée remarque Jean-Louis Gagnaire, vice-président ligérien du conseil régional, notant les projet d’infrastructures tels que l’amélioration de la ligne ferroviaire entre Saint-Étienne et Lyon pour un montant de 34 € auxquels contribuent l’État et la Région chacun à hauteur de 11 M€ ; la régénération de la ligne ferroviaire de Saint-Étienne à Clermont-Ferrand, au coût de 76 M€, à laquelle l’État apporte 20,5 € et la Région 45,5 M€.
Jean-Louis Gagnaire observe avec intérêt la reprise par l’État des investissements routiers abandonnés, en l’occurrence l’aménagement à 2 fois 2 voies de la RN 82 entre Neulise et Balbigny, pour laquelle l’État s’engage dans ce CPER sur la totalité du projet, de 50 M€. Autre projet routier ancien réapparu dans ce nouveau contrat : la réalisation de l’échangeur de la Varizelle à Saint-Chamond, pour un coût de 17 € sur lequel est engagé l’État pour moitié à 8,5 M€.

Un important programme universitaire

Jean-Louis Gagnaire se félicite par ailleurs de l’inscription dans ce CPER d’un important programme en faveur de l’enseignement supérieur à Saint-Étienne : création sur le campus industriel du Rond-Point de la fabrique de l’Innovation, au coût de 4,5 M€, que l’État et la Région prennent en charge chacun à hauteur de 1,5 € ; le réaménagement du campus Tréfilerie représentant 21 M€ d’investissement, pris en charge pour 10 M€ par la Région et 4 M€ par l’État ; la création du Centre des savoirs pour l’innovation sur le campus Carnot, un projet de 16 M€. Un projet roannais enfin : le regroupement des formations sur le campus universitaire Pierre Mendes-France (4 M€).
Pour achever le tour des investissements inscrits pour la Loire, il faut noter encore un projet de méthaniseur à Roanne à 3,6 M€, et un investissement sur la station de Chalmazel à hauteur de 9,5 M€.

Daniel Brignon

À Saint-Étienne Métropole

Au-delà des investissements d’intérêt général consentis sur le territoire de Saint-Étienne Métropole, des projets spécifiques y sont soutenus dans ce CPER, au premier rang desquels, tient à souligner Jean-Louis Gagnaire, la rénovation du bâtiment de la Comédie rue Émile-Loubet, après son déménagement, projet qu’il a défendu dans la négociation « pour ne pas laisser place à une friche culturelle en cœur de ville, dans un quartier populaire ». Il représente 5,7 M€ d’investissements programmés auxquels la Région apporte 1,8 M€ et l’État 0,5 M€.
Il s’y ajoute le soutien substantiel à l’Epase à hauteur de 7,5 M€ de la Région et 35 € de l’État.
On note enfin dans la programmation mobilité le financement d’études sur un nouvelle infrastructure de transport urbain qui n’est pas la 3e ligne de tram mais un projet de transport par câble vers le Crêt de Roc, pour un coût de 0,4 M€.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide