Fermer la publicité

L'enseigne Farinër s'étend à Saint-Etienne

Loire le 18 décembre 2014 - Denis Meynard - Commerces - article lu 1724 fois

L'enseigne Farinër s'étend à Saint-Etienne
Denis Meynard - V. Grenier a même envisagé de cultiver du blé dans le Forez

Le concept de Farinër, lancé voici 15 ans, vient d'être installé dans une cinquième boutique, à l'emplacement de l'ex-Fromenterie du quartier de Bellevue.

Vincent Grenier est satisfait de l’évolution de l’activité de ses quatre commerces de boulangerie et pâtisserie ouverts sur la région stéphanoise depuis 1999. « On arrive à maintenir une croissance dans un contexte où l’on assiste à une hécatombe parmi les petites structures », déclare celui qui est, depuis le 1er décembre, à la tête d’un cinquième magasin à son enseigne Farinër. Il vient en effet de reprendre un commerce de même activité, rue Gabriel-Péri, entre la place Bellevue et l’hôpital Bellevue, qui fonctionnait en franchise sous l’enseigne La Fromenterie.

Vers un CA de 3,5 M€ pour 2014

Vincent Grenier a prévu d’y réaliser des travaux début 2015 pour rendre le lieu plus convivial, en créant un petit espace de restauration, tout en y proposant une offre plus qualitative : « mon objectif est que ces différents lieux soient chaleureux et authentiques, sans être identiques les uns aux autres », explique-t-il. Il estime que la bonne marche de ses établissements, qui ont une large plage d’ouverture, résulte de la montée en compétence des personnes qui y travaillent. Au total, elles sont 55, représentant 43 équivalents temps plein, pour un chiffre d’affaires qui devrait s’élever cette année à 3,5 M€.

Entre la création, alors qu’il avait 28 ans, du premier d’entre eux, à Saint-Etienne, au Rond-Point, dans un bâtiment qui a autrefois abrité une brasserie, puis un dancing et enfin une maternité, et celui de Bellevue, trois autres ont vu le jour au nord de Saint-Etienne : en 2004 à Saint-Genest-Lerpt, en 2006 à l’Etrat, en 2011 à Andrézieux-Bouthéon. Deux d’entre eux ont un atelier spécialisé : Saint-Genest-Lerpt pour la pâtisserie sucrée et salée et Andrézieux-Bouthéon pour la panification.

Le succès est au rendez-vous pour l’entreprise créée par ce descendant d’une famille stéphanoise dont le nom est associé au commerce de produits optiques. Ses différents établissements proposent une large gamme de pains spéciaux issus d’un approvisionnement en farines de la filière CRC (culture raisonnée contrôlée). Achetées auprès de l’entreprise Dupuy-Couturier, de l’Etrat, avec une proportion d’environ 15 % de farines bio.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide