Fermer la publicité

L'ENS de Lyon, fleuron de l'enseignement et de la recherche

Rhône le 24 juillet 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 408 fois

L'ENS de Lyon, fleuron de l'enseignement et de la recherche
(© Angel Sanhueza)

Pour comprendre l’histoire actuelle de l’ENS de Lyon, il faut remonter à la fin du XIXe siècle.

Jules Ferry crée par décret l’Ecole de Fontenay-aux-Roses, puis deux ans plus tard, celle de Saint-Cloud, transformées en 1887 en Ecoles Normales Supérieures de l’enseignement primaire. A l’origine destinées à la formation des maîtres – et des maitresses puisque l’école de Fontenay-aux-Roses est ouverte aux jeunes filles – ces écoles, gratuites et modernes pour l’époque, se sont orientées, au fil du temps, sur la préparation à l’agrégation adossée à la recherche. A la faveur des mouvements de décentralisation (voire de délocalisation) des années 80, les deux établissements sont dissous donnant lieu à la création de Fontenay/Saint-Cloud pour les lettres tandis que la partie scientifique sera délocalisée à Lyon. Nous sommes en 1987 : le quartier de Gerland se redessine, la Halle Tony Garnier est en voie de réhabilitation et l’ENS de Lyon est l’un des premiers bâtiment à y voir le jour. La proximité avec la vallée de la chimie et son pôle scientifique associé sied bien aux nombreux chercheurs et scientifiques de l’école, qui devient vite, le fer de lance du quartier. En septembre 2000, l’école de Fontenay/Saint-Cloud s’implante à son tour à Lyon, à quelques encablures du premier site, sur une autre friche industrielle, assortie d’un jardin concept de 7 ha. Pendant dix ans, les écoles restent indépendantes, tout en développant les collaborations, puis en 2010, elles deviennent une entité unique sous le nom définitif d’ENS de Lyon accueillant, un an plus tard, l’Institut Français de l’Education. Elle poursuit désormais « sa mission de service public de formation des enseignants, d’une élite mais au service de la nation, détaille Jean-François Pinton, le tout nouveau président de l’école, avec, comme spécificité, un lien très étroit entre enseignement et recherche » que ce soit du côté de « Monod » (les sciences) ou de « Descartes » (lettres et sciences humaines). Il n’existe en France que quatre Ecoles Normales Supérieures, toutes conçues sur ce modèle unique « avec une certaine idée du progrès ». Celle de Lyon, « un petit établissement agile de haute qualité » précise le président, se veut aussi le promoteur de la diversité, en multipliant les voies d’accès à l’établissement (50 % des étudiants ne sont pas des normaliens) ou en diversifiant les origines sociales et géographique des étudiants, comme des enseignants et des chercheurs. Avec son dispositif des Classes préparatoires à l’enseignement supérieur (CPES) permettant à des élèves boursiers de se projeter dans le supérieur, l’ENS de Lyon renoue avec « sa tradition républicaine d’ascension sociale ». Non centrée sur elle-même, l’ENS se veut ouverte sur un monde où l’apprentissage de la connaissance, l’éducation et la recherche est désormais international menant, avec ses nombreux laboratoires une vraie politique de stratégie d’attractivité. Ouverte sur le monde, elle n’oublie pas son environnement direct, universitaire d’abord – elle fait partie des Universités de Lyon et partage sa bibliothèque avec Lyon 2 et Lyon 3 -, sociétal ensuite puisqu’elle ouvre ses manifestations scientifiques et culturelles au public, héberge la Maison des mathématiques et de l’informatique, accessible à tous, et accueille une fois par an, dans son jardin inédit, les riverains. Sans jamais dénaturer son ADN, l’ENS de Lyon s’engage plus que jamais dans l’interdisciplinarité au cœur du monde économique et social qui l’entoure.

Stéphanie Borg


2 200 étudiants
600 enseignants et chercheurs
67 nationalités présentes sur le campus (élèves, étudiants, enseignants, chercheurs)
12 départements d’enseignement et 23 laboratoires de recherche
47 parcours de masters, 500 doctorants
560 collaborateurs
2 sites de 60 000 m2 chacun : Jacques Monod (sciences) et René Descartes (lettres et sciences humaines)
1 bibliothèque interuniversitaire avec plus de 1,2 million de documents en sciences, humanités et éducation
1 Institut français de l’éducation
1 jardin de 7 hectares



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide