Fermer la publicité

Serge Bonnier prend la tête de Setelen

Loire le 30 septembre 2015 - Mathieu Ozanam - Tech et Médias - article lu 709 fois

Serge Bonnier prend la tête de Setelen
DR - Serge Bonnier est le directeur général de Setelen

Serge Bonnier succède à Thierry Tolmer à la tête de Setelen (groupe Scopelec). Il devient directeur général de cette société installée à Andrézieux-Bouthéon, spécialiste de l'installation et la maintenance de réseaux de télécommunication.

Le fil conducteur du parcours professionnel de Serge Bonnier, cela pourrait être le transport. Au sens physique du terme avec le convoyage d’hommes et de marchandises, et dans un sens plus immatériel, avec le transport de données numérisées.

Formé à Saint-Etienne, Serge Bonnier entame sa carrière armé d’un master en gestion des entreprises obtenu au début des années 1980 à l’université de Saint-Etienne. Son premier poste le conduit en 1985 dans un réseau de distribution de véhicules industriels d’une célèbre marque allemande étoilée. En 2002 il en devient directeur administratif et financier (DAF). Et deux ans plus tard il se voit confier la direction de la concession de Roanne. Il passe de l’autre côté du comptoir en quelque sorte en rejoignant pour 2 ans une entreprise de transport de marchandises. Après l’expérience d’un groupe structuré, il découvre une PME d’un effectif avoisinant les 200 salariés qui opère dans un secteur fragilisé au climat social tendu. « Je n’ai pas eu envie d’y rester », conclut-il sobrement de cette expérience.

Structurer pour développer

C’est en 2006 qu’il rejoint Setelen au poste de DAF et directeur de gestion des moyens généraux aux côtés de Thierry Tolmer, son directeur général qu’il remplace aujourd’hui tandis que celui-ci prend la direction générale du groupe Scopelec, dont il devient dans les faits le directeur adjoint. « J’ai postulé dans un monde que je ne connaissais pas du tout, se souvient-il. Le fondateur de Setelen, Pascal Noailly, avait besoin de consolider son équipe. En 2006 la société réalise 26 M€ de chiffre d’affaires et compte 250 collaborateurs. Le rôle dévolu à Serge Bonnier est de donner les moyens à l’entreprise de se développer en nouant des partenariats financiers et en formalisant des process qui n’existaient pas. Un passage obligé, surtout quand le donneur d’ordre s’appelle Orange.

Le marché des télécommunications est en voie de libéralisation et la nécessité d’équiper le territoire en fibre optique et très haut débit donne un coup d’accélérateur à Setelen, sous-traitant d’Orange. « En l’espace de 10 ans nous sommes passé à 65 € de chiffre d’affaires et nous employons plus de 600 personnes » sur les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche Comté. Un chiffre auquel il faut ajouter une centaine d’intérimaires. « Et cela sans faire de la croissance externe. »

L’avenir de Setelen repose sur le développement du haut débit, que Serge Bonnier compare à celui de la téléphonie en France dans les années 1950-60. « Le marché va encore se développer pendant une quinzaine d’années et ensuite il faudra l’entretenir. » Setelen cherche également à diversifier ses activités avec la pose de compteurs intelligents pour Erdf (Linky) et Grdf (Gazpar). Ces boîtiers communicants permettront un suivi en temps réel de la consommation qui sera adressé aux opérateurs historiques grâce à un module radio. Une centaine de personnes doivent être prochainement embauchés pour aller au domicile des consommateurs procéder à ces changements.

Pour Setelen et Serge Bonnier, l’enjeu des prochaines années est de « transformer notre entreprise d’un rôle d’exécutant de tâches à celui d’un gestionnaire de projets. »

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide