Fermer la publicité

L’avenir appartient aux Micro-humaines

Loire le 08 février 2014 - Mathieu Ozanam - Culture - article lu 695 fois

Hautes de 17 cm, elles sont principalement de sexe féminin, les quelques mâles n’étant utilisés que pour la reproduction.

Plus résistantes et plus minutieuses, ces Emachs sont envoyés sur des opérations spéciales pour dénouer des crises. Les mineurs chiliens libérés de la mine au fond de laquelle ils étaient prisonniers ? C’étaient elles. La neutralisation des missiles nucléaires en Iran ? C’étaient elles. La désactivation du réacteur nucléaire de Fukushima ? Encore elles.

Leurs services sont loués à prix d’or jusqu’à ce que des copies réalisées en Chine fassent leur apparition, cassent les prix et inondent le marché. Elles présentent en outre le grand avantage d’être dociles. Mais… quand une Emach est torturée par un adolescent et la vidéo de la scène est mise en ligne sur une plateforme vidéos se pose la question du statut juridique de ces petits êtres. Et contrairement à notre actualité récente, qui a vu une réprobation unanime de ce jeune qui s’amusait à lancer un chaton contre un mur, la  justice estime que l’adolescent ne peut être condamné en l’absence de reconnaissance de la nature humaine de ces Emachs. L’une d’elles décide de prendre la tête d’une rébellion à l’échelle mondiale.

La réputation de Bernard Werber est bien installée depuis la parution de sa trilogie sur Les Fourmis. Ancien journaliste scientifique, il mêle ses récits des éléments de réflexion sur l’origine de l’homme, sur la question de ce qui fonde l’humanité, en mâtinant le tout d’ésotérisme. Ce tome 2 de son nouveau cycle Troisième humanité trouvera un écho chez les adolescents fan du romancier. Avant qu’il ne découvre l’œuvre d’Asimov sur les robots, auteur auquel Bernard Werber fait référence lui-même à plusieurs reprises dans son roman.

Mathieu Ozanam

Les Micro-humains, Bernard Werber, Albin Michel, 22 €.




À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide