Fermer la publicité

L'art contemporain résonne à Vienne

Isère le 21 septembre 2015 - Gaëlle Bardin - Expositions - article lu 189 fois

L'art contemporain résonne à Vienne
Gaëlle Bardin - Une double exposition de nature artistique mais aussi sociale

C'est la troisième année consécutive que Vienne et son territoire participent à la résonnance de la Biennale d'art contemporain de Lyon.

Jusqu'au 22 novembre, deux expositions sont visibles dans les murs du Centre d'art contemporain d'une part, celle de Maxime Rossi, et de l'extérieur sur certaines façades de la ville, conçue par Hakima El Djoudi.

Une double exposition inaugurée vendredi 4 septembre en présence du maire de Vienne Thierry Kovacs, le représentant du maire de Sainte-Colombe, Marc Bembekoff, directeur du CAC, Patrick Curtaud, vice-président du conseil départemental. Preuve de son engagement à favoriser l’accès à l’art pour tous, la ville s’inscrit dans une démarche sociale et artistique visant à faire entrer l’art dans l’espace public.

Ainsi le projet d’Hakima El Djoudi, artiste parisienne, est le résultat d’une recherche multiforme qui se situe entre cinéma, vidéo et installation. Ses œuvres sont projetées à la nuit tombée sur les murs de la cité et de sa voisine de la rive droite, Sainte-Colombe. La Verrière des Cordeliers, le Temple d’Auguste et de Livie, la salle des fêtes et l’usine Teviloj s’animent au gré des images d’enseignes clignotantes issues de quelques polars, projetées à la manière des cabarets parisiens, qui clament « Paradise » ou « The World is yours », en évoquant l’apogée d’une société de loisirs révolue désormais hantée par les gangsters mythiques…

Au Centre d’art contemporain (Cac), Maxime Rossi propose un nouveau regard sur le monde en croisant des univers et des formes artistiques d’une manière inattendue, ce en quoi il s’inscrit aisément dans la démarche du Cac. En utilisant la sérigraphie et la vidéo, son projet actuel intitulé Sister Ship, s’inspire de sœur Corita Kent, une religieuse américaine connue pour avoir contribué à la culture pop. Maxime propose alors une installation atypique qui regroupe une vidéo spatialisée (extraits de film tournés sur le fleuve Congo) des éléments de décors scéniques colorés, et des sonorités issues de la transcription d’un livre de sœur Corita.

Une double exposition de nature artistique mais aussi sociale, selon les mots de la sous-préfète de Vienne qui encourage avec vigueur les artistes car ils « créént des ponts entre les êtres qu’il appartient au public de franchir, afin d’aller plus loin vers la compréhension de l’autre et cimenter ainsi la fraternité».

Gaëlle Bardin

Nombreuses animations, ateliers et rendez-vous culturels sont programmés dans le cadre de cette double exposition : Rens./inscriptions : infocac@mairie-vienne.fr/ 04 74 84 72 76.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide