Fermer la publicité

L'Epase va intervenir sur Saint-Roch

Loire le 02 décembre 2015 - Denis Meynard - Immobilier et BTP - article lu 691 fois

L'Epase va intervenir sur Saint-Roch
Denis Meynard - Des aménagements seront réalisés sur le quartier situé entre Chavanelle et Tréfilerie.

Le maire de Saint-Etienne a souhaité que l'Epase réalise une partie de ses nouvelles interventions sur ce quartier fragilisé.

Les 80 M€ de budget alloués à l’Epase pour les années 2015-2020 devraient être affectés pour 58 M€ à des opérations déjà en cours. Les 22 M€ restant allant des opérations nouvelles.

En fait les dépenses devraient être supérieures, compte-tenu des recettes attendues par des ventes de droits à construire, voire de biens immobiliers. « Nous allons poursuivre les opérations menées sur Jacquard et Manufacture Plaine Achille et les amplifier », déclare Gaël Perdriau, qui préside l’établissement. Ajoutant que ce dernier va continuer d’accompagner la mise sur pied de la Zac Pont de l’Ane-Monthieu qui doit bénéficier de 150 M€ d’investissements. « L’aménagement qui va démarrer de la friche Poste Weiss, à Châteaucreux, avec la CPAM  et un investisseur pour la construction de deux hôtels est aussi un projet qui me tenait à cœur, après les échecs précédents », ajoute l’élu. Il annonce par ailleurs que l’Epase va intervenir dans les prochaines années sur les espaces publics, l’habitat et le commerce d’un quartier en souffrance de Saint-Etienne, qui englobe notamment la place Saint-Roch et la rue Antoine-Durafour.

Des interventions vont aussi être menées dans l’hypercentre pour aider la dynamisation du commerce. Si les actions sont très avancées sur Jacquard, de nouvelles vont être réalisées sur l’espace public et le logement du secteur Chappe-Ferdinand pour améliorer ses liaisons avec Châteaucreux qui se trouve en contrebas.
Concernant le quartier du Soleil, il sera impacté par le projet de 3e ligne de tramway et l’éventuelle installation d’une Cité de la sécurité intérieure, regroupant policiers et gendarmes. Sur son flanc Est, les 3 ha libérés par la démolition-dépollution du site Stronglight devraient déboucher sur un programme d’habitat.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide