Fermer la publicité

L’AIMV se recentre sur l’aide et le soin à domicile

Loire le 19 juin 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 503 fois

L’AIMV se recentre sur l’aide et le soin à domicile
Maurice Ronat, président et Jocelyne Labouré, directeur général (D.R.)

La cession du centre médical stéphanois des 7 collines à la Mutualité française Loire au 31 décembre 2013, a été d’un grand secours pour soutenir la trésorerie et engager l’association dans une recherche de l’équilibre visé à deux ans, après deux années de déficit. Un déficit dû essentiellement à la baisse du nombre d’heures effectuées par le service d’aide à domicile qui se dégrade depuis 2010 suite à la remise en cause des prestations de la Carsat, ayant entraîné une perte d’activité de 21,1 % en 4 ans.

La cession du centre médical stéphanois des 7 collines à la Mutualité française Loire au 31 décembre 2013, a été d’un grand secours pour soutenir la trésorerie et engager l’association dans une recherche de l’équilibre visé à deux ans, après deux années de déficit.
Un déficit dû essentiellement à la baisse du nombre d’heures effectuées par le service d’aide à domicile qui se dégrade depuis 2010 suite à la remise en cause des prestations de la Carsat, ayant entraîné une perte d’activité de 21,1 % en 4 ans. Le nombre d’heures passant de 1,3 millions à 1 million. Cette baisse d’activité qui avait motivé une réduction du nombre de salariés engagés à cette activité de 11,8 %, passant de 1 387 salariés en 2010 à 1 224 en 2013, n’est pas la seule cause du déficit, que produit toujours mécaniquement un prix de vente des prestations toujours inférieur au prix de revient pour l’association, comme le note Maurice Ronat, malgré une revalorisation, d’ailleurs jugée « très insuffisante » des tarifs de l’activité prestataire établis par le conseil général. L’activité d’aide à la personne se maintient à peu près à la stabilité en 2013.  
Concernant Llautre pôle d’activité, le pôle santé, de soins infirmiers, Alzheimer et en établissements subit aussi un déficit, essentiellement engendré par le Centre médical de 7 collines qui a dû procéder à différentes régularisations avant sa cession en fin d’année. Il engendre 326 672 € du déficit de la branche santé qui est de 359 675 €.  Le déficit global en 2013 est de 657 677 €, moins élevé toutefois qu’en 2013 où il atteignait 1,17 €. Avec un peu de respiration qu’amènent les cessions immobilières, l’AIMV se donne deux ans pour retrouver un équilibre budgétaire, mais, note le président Ronat, toujours « dans un contexte économique difficile ».

D.B.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide