Fermer la publicité

L'agglomération stéphanoise vise un passage rapide en métropole

Loire le 17 avril 2015 - Denis MEYNARD - Collectivités locales - article lu 394 fois

L'agglomération stéphanoise vise un passage rapide en métropole

Saint-Etienne Métropole a lancé une consultation en direction de cabinets de conseil spécialisés dans l'accompagnement des collectivités.

En décembre 2014, le bureau de Saint-Etienne Métropole a validé la démarche consistant à faire évoluer son statut vers celui de communauté urbaine, voire de métropole. Des groupes de travail ont ensuite été constitués, dont un plus politique qui réunit des maires de l’agglomération, tandis qu’un au autre plus technique, rassemble des directeurs généraux de services municipaux.

Gaël Perdriau, qui préside l’agglomération, a fait le choix de tenter d’effectuer ce changement de statut d’ici le 1er janvier prochain, ce qui permettrait de doper les dotations budgétaires de l’Etat. Les délais sont courts pour que les élus communautaires puissent valider, lors de l’assemblée du 3 juin, la démarche ainsi engagée. Les conseils municipaux des 45 communes disposeront ensuite de trois mois pour se prononcer à leur tour.

Avec la création début 2016  de la Région Rhône-Alpes Auvergne qui compte déjà deux métropoles (Lyon et Grenoble) et une troisième en préparation (Clermont-Ferrand), Gaël Perdriau ne veut pas que Saint-Etienne se retrouve marginalisée. Pour se donner le maximum de moyens d’y parvenir, Saint-Etienne Métropole, qui travaille déjà avec Algoe et KMPG sur le sujet, vient de publier un appel d'offres pour être accompagnée sur les questions financières et budgétaires. Elle a lancé une consultation dont la date limite de dépôt des offres est close depuis le 7 avril. Le marché à bon de commande ainsi proposé aura une durée de 2 ans et une enveloppe financière comprise entre 90 000 et 150 000 €. Avec un début des prestations fixé au 4 mai 2015.

Si le passage en communauté urbaine ne devrait pas poser de problème en matière de seuil de population, puisqu’il est fixé à 250 000 habitants, il en va autrement pour obtenir le statut de métropole. Avec une exigence de 400 000 habitants pour (soit 11 000 de plus que la population actuelle) pour l’EPCI qui doit par ailleurs être situé dans une aire urbaine (au sens de l’Insee) de plus de 650 000 habitants. Des dérogations sont prévues et au final c’est le gouvernement qui tranchera. Pour autant des collectivités du Haut-Forez, du Pilat, du Nouveau Rhône et de l’Yssingelais sont invitées à rejoindre Saint-Etienne Métropole pour qu’elle atteigne la taille critique.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide